L'INSEE confirme la tendance au repli du nombre de décès en Bourgogne-Franche Comté

L'INSEE note que depuis la dernière semaine de janvier 2021, un repli de la mortalité s'est amorcé en Bourgogne-Franche-Comté. Néanmoins, comparée à 2019, la hausse des décès est conséquente en Saône-et-Loire.

Entre le 1er janvier et le 8 février 2021, la Bourgogne-Franche-Comté a enregistré 4 494 décès, soit 27 % de plus qu'en 2020. Comparée à la même période de 2019, la hausse n'est en revanche que de 20 % (+ 6 % en France). Cette différence s'explique par le fait que la grippe saisonnière a été plus meurtrière début 2019 que début 2020. Mayotte mis à part, la région possède l'excédent de décès le plus important devant la Provence-Alpes-Côte d'Azur (+ 18 % en 2021 par rapport à 2019) et Grand-Est (+ 17 %).

Depuis début novembre 2020, le nombre de décès oscille autour des 120 décès quotidiens dans la région. Toutefois, durant la dernière semaine de janvier, un repli des décès s'est amorcé et se poursuit. 

Entre le 2 et le 8 février, près de 700 décès ont été enregistrés, soit en moyenne une centaine de décès par jour. Le niveau reste élevé mais il se rapproche de celui observé durant l'épisode de la grippe hivernale de 2019.

 
L'augmentation du nombre de décès en début d'année concerne particulièrement les personnes âgées de 85 ans ou plus. Entre 65 et 84 ans, la hausse est moindre comparée à 2019. Le Jura est le département de métropole qui enregistre la plus forte surmortalité depuis le début de l'année par rapport à 2019 (+ 37 %) suivi de près par la Haute-Saône (+ 36 %). Á noter que dans ces deux départements, la grippe saisonnière n'a pas eu d'effet notable en 2019. Dans la région, la hausse est également conséquente en Saône-et-Loire (+ 29 %), dans le Doubs (+ 25 %) et dans la Nièvre (+ 23 %).




Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche