Activité nocturne inhabituelle dans certaines vignes givrotines

Les températures hivernales de ces derniers jours inquiètent les viticulteurs, et plus particulièrement ceux qui exploitent les parcelles les plus exposées au gel.

 

C'est le cas des parcelles de Chardonnay, situées à la frontière entre Givry et Dracy, qui sont exploitées par Guy et Jean-Yves Sarrazin.

L'année dernière, ils avaient déjà opté à la même époque pour l'installation d'un ventilateur géant sur ces parcelles. Mais cette année, au vu des températures très basses annoncées (- 5°C) et de l'état d'avancement de la vigne, après les records de chaleur que nous avons connus au début de mois, ils ont décidé de compléter leur dispositif par l'allumage de bougies de paraffine.

 

Ces bougies créent un îlot de fumée, qui permet de se prémunir du froid par temps clair.

Le ventilateur, qui une fois déplié monte jusqu'à 7,5 mètres, peut protéger une superficie de 3,5 hectares, en rabattant vers le sol l'air chaud qui stagne en hauteur.

Ce dernier s'est mis en route seul ce matin, grâce à la sonde dont il est équipé et qui a décelé un dépassement de la température critique. Mais il n'en n'a pas été de même pour les bougies, que Guy Sarrazin a dû venir allumer dès 4 heures du matin.

 

Malgré ce double dispositif, le viticulteur ne cachait pas ce matin sa crainte de voir le gel détruire certains bourgeons, dont une partie est déjà en train de se développer, pour laisser apparaître la bourre (terme désignant le duvet et les jeunes feuilles et fleurs enfouies dans les bourgeons).

Il lui faudra malheureusement attendre quelques jours pour mesurer l'impact de ce coup de froid et il n'est apparemment pas au bout de ses peines ! En effet, il n'exclut pas que cet épisode se reproduise d'ici au 13 mai, jour qui marquera la fin des Saints de glace...

 

 

 

 

 

 

Annonces

Pub BFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche