DEPARTEMENTALES - SAINT-RÉMY - Laurence Hoeffling et Oswald Le Comte, candidats du Printemps Chalonnais

Collectif constitué pour les élections départementales et réunissant trois partis de gauche (PCF, FI et GRS), Le Printemps Chalonnais est également présent dans le canton de Saint-Rémy en les personnes de Laurence Hoeffling et Oswald Le Comte. Plus de détails avec Info Chalon.

Le Printemps Chalonnais, collectif né d'une alliance entre trois partis de gauche, le Parti Communiste Français (PCF), la France Insoumise (FI) et la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), présente des candidats pour ces élections qui auront lieu les 20 et 27 juin prochains, en même temps que les régionales, dans le canton de Saint-Rémy, en les personnes de Laurence Hoeffling et Oswald Le Comte.


Le canton de Saint-Rémy comprend 9 communes du Grand Chalon, à savoir Saint-Rémy en tant que bureau centralisateur mais aussi Épervans, La Charmée , Lux, Marnay,Saint-Loup-de-Varennes, Saint-Marcel, Sevrey et Varennes-le-Grand.


Cette liste présente également des candidats dans deux autres cantons (Chalon 1 et Chalon 3).


«Je défends surtout les emplois et le social donc je suis pour qu'on prenne en compte le maintien de nos industries, de nos emplois qui font des cotisations et qui aident à l'aménagement du territoire. C'est mon premier engagement»


C'est par ses mots, qu'Oswald Le Comte (49 ans), père de 4 enfants et candidat titulaire se présente lors de la conférence de presse organisée ce lundi 17 mai, à 18 heures, à la Fédération du PCF de Saône-et-Loire, située au 30 Rue Théodore de Foudras, à Chalon-sur-Saône.


C'est sa première participation à une élection politique pour ce salarié d'un grand groupe de la métallurgie et figure de proue de la CGT locale. Précisons qu'il est sans étiquette.


«Pour cette première expérience, on aimerait faire passer le message à nos concitoyens sur les réalités du terrain et des actions qu'on peut apporter à nos débats qui vont de l'écologie, de l'emploi, de la vie scolaire à la santé. Il y a énormément de sujets à aborder... c'est une contre-politique!», précise ce dernier avant de céder la parole à l'autre candidat titulaire, Laurence Hoeffling (52 ans).


Cette «maman d'un enfant de 23 ans» est salariée d'une filiale d'une grande entreprise de production et de fourniture d'électricité et chargée de mission handicap, elle est parainnée par la CGT. Membre du PCF, elle a été sur une liste d'union de la gauche menée par Bettina Laville pour les élections municipales de 2001.


«C'était ma première expérience! Elle était très intéressante même si on avait des idées divergentes, on avait aussi des convergences durant ces enjeux municipaux», précise-t-elle.


Avant d'ajouter :


«Pourquoi passer du syndicalisme à la politique? Parce que je pense que de toute façon, on ne peut pas aller aussi loin qu'on le voudrait dans le syndicalisme donc il faut des actes politiques pour gagner de vrais engagements qu'ils soient sociaux, économiques ou environnementaux. Cela passe donc obligatoirement par la politique. Le Printemps Chalonnais et mon parti, le PCF, m'aide à avoir des perspectives dans ce sens sur les enjeux que je défends comme les questions de défense du service public, précarité énergétique ou transition écologique. Des questions proches de mon métier sans parler des questions d'inclusion sociale».


Ensuite, c'est au tour des candidats suppléants de se présenter, à savoir Fabienne Vermorel et Emmanuel Salles.


Âgé de 53 ans et père de deux enfants, ce dernier est gazier et syndicaliste. Il est également membre du Parti Communiste.


«Mon activité syndicale dans la lutte d'un véritable service public de l'énergie mais aussi service de la santé et de l'éducation font que mon engagement politique est une continuité dans mon engagement dans l'aménagement du territoire et tous les combats qu'on mène jusqu'à présent sur ces questions-là», nous explique-t-il quant aux raisons de son engagement.


Comme Oswald, c'est la première fois qu'Emmanuel se présente à une élection politique.


Quant à Fabienne (60 ans), «maman de deux grands garçons», elle est retraitée depuis 2 ans après avoir fait toute sa carrière chez le premier producteur et fournisseur d'électricité en France et en Europe où elle occupait le poste d'ingénieur en génie de l'environnement et du co-développement après 15 ans d'exploitation dans le nucléaire.


«Comme mes camarades, le service public, on le vit», explique celle qui est membre du PCF depuis une trentaine d'années.


Pour elle, «c'est une mission qui est portée donc il y a une continuité entre le service public dans l'entreprise et le service public tel qu'il existe. Passer du syndicalisme à la politique, c'est quelque chose qui est assez prégnant dans ce domaine là, dans le nucléaire et la filière Énergie, c'est fondamental. L'énergie pour tous! Un vrai service public de l'énergie face aux menaces qui pèsent notamment avec le projet Hercule. J'ai entendu récemment qu'il n'existait plus... c'est que le nom n'existe plus mais le démantèlement du service public de l'énergie continue... Pour moi aussi, c'est un premier engagement politique».


Comme vous l'aurez sans doute remarqué, les quatre membres de cette liste sont issus de la filière Énergie.


Revenue dans sa région natale, une fois retraitée, cette militante aguerrie a, comme tous les autres membres de la Section Grand Chalon du PCF, «une envie de transformer (son) activité politique pour avoir une vraie participation citoyenne» mais aussi «construire quelque chose qui soit durable».


«Le Printemps Chalonnais, c'est ça : avoir une démarche dans laquelle la place du citoyen est centrale. On est portés par des valeurs, on a des points de divergence. Pour nous, ce sont des gisements de débats et c'est pour ça que cette élection, on dit que c'est une première élection, une première étape et qu'on continuera avec le Printemps Chalonnais!», poursuit-elle.


«On a pas réussi à avoir toutes les forces de gauche dans le Printemps Chalonnais et bien, on reviendra au travail, vous pouvez en être certains! Pour nous, il n'y a pas d'alternative à l'unité et à cet engagement qui est de construire dans la durée avec les citoyens et en y portant et en retrouvant des valeurs qui pour nous sont essentielles. Dans nos trois listes, on a pas à gauche d'ennemis et on sait où sont nos ennemis!», promet la candidate suppléante.

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche