REGIONALES - Pour Gilles Platret, «les loups oui, mais pas dans les zones d’élevage !»

Le candidat tête de liste des Républicains s'est rendu à Flagy, au nord de Cluny, à la rencontre des éleveurs victimes des attaques de loup.

Communiqué de presse


« Merci à Julien Fuet, éleveur de moutons charolais à Flagy, dans le Clunysois, de nous avoir reçus cet après-midi en compagnie de plusieurs de ses collègues éleveurs.
Malgré les difficultés énormes qu’ils sont en train de traverser du fait d’attaques répétées de loups sur leurs troupeaux, avec tous les tracas que cela leur cause, ils ont répondu à notre invitation à venir discuter de la situation.
Depuis un mois, dans le secteur de Cluny, les loups ont dévoré plus de 220 brebis et agneaux, dont 180 tués sur le coup et les autres profondément blessés, sans compter les brebis qui vont avorter.
Ce carnage se prolonge du fait de la mollesse de la réponse des institutions. Pourtant, ce sont des exploitations dont la pérennité est aujourd’hui menacée.
A ces éleveurs, je suis venu dire qu’il fallait demain que la Région soit réellement à leurs côtés. Non seulement pour financer le matériel de protection et de régulation de la population de loups, mais pour faire pression avec les autres régions françaises concernées par les attaques de plus en plus nombreuses de loups afin que l’Etat réalise qu’il faut désormais agir !
Je ne suis évidemment pas favorable à l’éradication de la population des loups en France, mais il faut sanctuariser les zones d’élevage, comme dans certaines parties de notre région, où le loup ne doit plus avoir droit de cité et doit donc être régulé sévèrement.
Il en va du respect de la ruralité et de ses premiers acteurs, à savoir les agriculteurs.
Les loups oui, mais pas dans les zones d’élevage ! »

Gilles Platret
Candidat Les Républicains aux élections régionales en Bourgogne - Franche-Comté

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche