Du côté du Collège de Saint-Marcel, la mobilisation ne faiblit pas

Une nouvelle mobilisation avait lieu ce vendredi en fin d'après-midi alors que ce sont toujours deux classes qui sont menacées de suppression. Des suppressions qui mettent à mal l'établissement et les conditions d'enseignements.

Mesdames, messieurs les élu.e.s et personnes qualifiées,
Mesdames, messieurs les représentants et représentantes des personnels enseignants, et Mesdames, Messieurs, les parents.


Les semaines se suivent et se ressemblent : d’un côté, l’État nous dira que tout va pour le mieux et que la situation de crise est gérée ; de notre côté, nous allons, une fois de plus, dire combien nous sommes en colère, oui en colère, de voir l’Ecole Publique se déliter un peu plus chaque jour… 

Et oui nous sommes encore là et ce à chaque fois que cela est nécessaire pour soutenir l’école de notre quartier, de notre village, le collège ou le lycée fréquenté par nos enfants.

Nous sommes là dans ces établissements scolaires qui essayent de traduire au quotidien la promesse d’une Ecole qui doit permettre à chaque enfant d’apprendre et de grandir avec le soutien, l’accompagnement de la République. 

 

Et pourtant, au moment où nous prononçons ces mots, nous sommes toujours pleins de doutes, oui de doutes… Le retour des parents élus dans les collèges et lycées sont le plus souvent alarmistes devant un constat simple et implacable. 

Alors que nous affrontons collectivement une crise sanitaire majeure, les moyens prévus pour la rentrée prochaine ne sont pas à la hauteur des enjeux et c’est catastrophique pour nos enfants, pour ce département et pour notre pays. 

 

 

 

Depuis au moins trois ans nous alertons publiquement, nous n’en pouvons plus de constater les équipes d’enseignants et équipes de direction gérer comme ils le peuvent la pénurie de moyens éducatifs alors que dans le même temps les collectivités locales se démènent pour faire toujours mieux, toujours plus. 

 

La crise sanitaire que nous subissons est venue accélérer, amplifier les inégalités dans notre société. 

Elle éprouve les familles du point de vue économique, social et psychologique. Les enfants voient leurs parents douter, improviser, s’adapter sans cesse… Voient leurs enseignants inquiets et fatigués mais faisant face comme les autres adultes

 

Depuis deux ans les enfants ont une scolarité perturbée, difficile, hachée, certains décrochent… Les enfants sont des super héros car ils tentent de garder le cap là où les adultes cherchent le nord avec leur boussole chaque matin pour gérer cette crise inédite. 

Alors cette année nous pensions, naïvement peut-être, que le quoi qu’il en coûte allait se traduire dans les dotations des collèges et lycées pour l’année scolaire à venir… mais non RIEN, RIEN pas de dotation qui fasse 

un ballon d’oxygène et montrer toute l’ambition que l’on a envers l’école. Rien qui ne montre la confiance que l’on a envers les enseignants, les équipes de direction, les parents. 

C’est gravissime ! C’est désespérant...Rien ne va permettre aux enfants abîmés par cette crise de se relever ! 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche