Opinion

Liberté ! Liberté ! Que ton nom est bafoué ….

Quitte à déplaire à certains, il est impossible de rester sans réagir aujourd’hui à force d’entendre, sans raison évidente, prononcer ce mot respectable : « Liberté »

Peut-être au terme de cette pandémie que vit le monde et notre Pays particulièrement, avoir entendu prononcer, pour un oui ou pour un non, ce mot « Liberté » dont la valeur est importante. Surtout quand un peuple a vécu des atrocités, des injures sur son nom ou son drapeau, des manques d’expression, l’enfer de dictatures, des guerres fratricides ou des génocides, un manque de quoi vivre et les tickets de rationnement, de pouvoir parler, s’exprimer, s’aimer.

Alors, s’il vous plait, celles et ceux qui, aujourd’hui vivez cette vie de consumérisme débordante, qui pouvez aller et venir même si un couvre-feu et des mesures sanitaires sont encore nécessaires. Vous qui certes avez comme beaucoup d’habitants de cette terre, subi et subissez encore cette pandémie, essayez de réfléchir un peu au sens que vous donnez quand vous dites avoir retrouver votre « Liberté ».

Avez-vous manquez de nourriture alors que l’essentiel était assuré ?

Avez-vous été séquestré dans vos appartements ou maison de peur que les milices vous attendent au coin de la rue ?

Avez-vous été empêché de travailler chez vous ou ailleurs avec les aides apportées qui certes non pas tout compenser laissant des commerces ou des entreprises sur le pavé ?

Avez vous manque de soins ou de suivi médical avec tous les efforts fait par celles et ceux qui assurent notre santé ?

Avez vous été trahi ou abandonné par celles et ceux qui assurent notre sécurité civil et militaire ?

S’il vous plait arrêtez de vous plaindre, d’avoir manqué de liberté le jour ou vous retrouver votre terrasse de café ou votre restaurant préféré. Bien sur qu’il est plaisant de retrouver cette vie « abondante », mais avez vous pensé à celles et ceux qui non pas les moyens d’assurer leur propre subsistance ? Ils sont aussi des Hommes libres qui ne se plaignent sans doute pas au moindre « petit bobo » qui arrive.

Pensons aussi un peu à celles et ceux qui ont vu partir l’un des leurs durant cette pandémie. Restons vigilants et subissons encore au nom de la Loi, parfois un peu incompréhensible.

Bien sur chacun est libre ou pas, entre autres, de se faire vacciner et si pour une fois, vous qui doutez ou rechigner à faire ce geste, au nom de la Liberté, peut-être nous pourrions retrouver plus rapidement le chemin de nos activités pratiquées en toute liberté que ce soit notre travail, notre sport, notre vie sociale, nos familles.

Mais surtout, s’il vous plait, n’utilisez pas ce mot « Liberté » à toutes les sauces, pensez à ceux qui ce sont battus pour nous puissions vivre hors de toutes oppressions. Ceux qui ont vécu de tels instants le comprennent et respectent ce mot « Liberté ».

 

JC Reynaud