Agglomération chalonnaise

A Saint Léger sur Dheune, la commune accueille désormais une Maison France Services

Le Préfet de Saône et Loire, Julien Charles est venu marquer le coup. Une présence liée aussi à la ténacité imperturbable du maire, Daniel Leriche.

Si il y a bien un élu local qui incarne l'énergie intarissable au profit de sa commune, c'est bien Daniel Leriche. Infatigable maire de Saint-Léger sur Dheune depuis 1995 malgré ses 85 printemps, il a profité de la visite de Julien Charles, Préfet de Saône et Loire, venu inaugurer la Maison France Services, pour lui faire un petit tour du paysage local et surtout parler financements et accompagnement de l'Etat au bénéfice des territoires ruraux. 

Daniel Leriche a rappelé les coûts engendrés par les charges de centralité, parce qu'on le veuille ou pas, Saint-Léger sur Dheune opère bien cette mission auprès des administrés de nombreuses communes voisines. 

Une dotation de 30 000 euros/an pour assurer le fonctionnement de la Maison France Services

Santé, famille, retraite, droit, logement, impôt, recherche d’emploi, accompagnement au numérique, toutes les thématiques sont accessibles à la Maison France Services de Saint Léger sur Dheune, dont le fonctionnement est assuré par deux agents municipaux. Un exercice pour le moins délicat en terme de réponse administrative, pour lequel les agents ont été formés, afin de disposer d'une première strate d'information.

Ministère de l'Intérieur, Ministère de la Justice, les Finances publiques, Pôle emploi, l'Assurance retraite, l'Assurance maladie, la CAF, la MSA et la Poste, la Maison France Services se veut comme un guichet unique des services de l'Etat et en.  capacité d'apporter des premières informations, et surtout d'apporter une présence numérique dans les territoires, à l'heure où la fracture numérique est loin, très loin d'être comblée. 

Daniel Leriche a profité de l'opportunité donnée, en présence des conseillers départementaux du canton, Claudette Brunet-Lechenault et Jean-Michel Descieux, pour demander au Préfet de se pencher sur les dotations financières permettant de rétablir le service proposé par la commune d'ateliers numériques. Des ateliers suspendus pour des raisons financières "mais qui avaient trouvé son public" a précisé Daniel Leriche. Le Préfet a reconnu l'intérêt de la démarche communale.