Du haut du FAM de Sevrey, 30 années vous contemplent !

Du haut du FAM de Sevrey, 30 années vous contemplent !

Trente ans, un très bel âge –un juste compromis entre fureur de vivre et expérience naissante- qu’il convient de célébrer autant que faire se peut. Le FAM (Foyer d’accueil médicalisé) l’Arc-en-ciel de Sevrey en a fait une affaire personnelle ce jeudi 22 septembre. D’où un cortège d’animations destinées à agréger moment chaleureux sur moment chaleureux.

Ambiance festive un tantinet débridée le cas échéant

Résidents, familles, encadrement, personnels, ex-salariés…ils étaient tous conviés à se mettre à l’unisson de ces instants de partage conviviaux, et force est de reconnaître qu’il y eut une belle mobilisation, que ce soit en faisant simplement acte de présence, ou en prenant une part plus active à l’ordonnancement des choses. Par le biais d’ateliers qui ont d’habitude lieu à l’intérieur (ergothérapie, sensibilité…), du jeu de massacre, de la contribution à l’ébahissement procuré par la magie des bulles géantes, des encas et des rafraîchissements pour se remettre de ses émotions. Cerise sur le gâteau pour celles et ceux qui n’attendaient dans leurs starting-blocks que le « déclenchement des hostilités », à savoir bouger son corps via des ondes de plaisir sur les chansons à fort retentissement triées par Julie et Stéphane, ce sous la bannière d’ »Alchimie Musique ». Le tout avec la bénédiction d’une déco ajustée aux circonstances pas vraiment atténuantes, ainsi qu’ avec la participation d’aides-soignantes en devenir au sein de l’Institut de formation du Devoir à Chalon-sur-Saône.

 

Une mise en perspective couvrant trois décennies

Cornaqué par Serge Burghard, le FAM compte dans son entourage l’association parentale « Les Papillons Blancs Bourgogne du sud » présidée par Nathalie Eté, dont le vice-président est Alain Lefaucheux. En 2022 soixante personnes en situation de handicap (cinquante en tant que pensionnaires, et dix en accueil de jour) âgées de 20 à 60 ans, sont au centre de toutes les attentions. Pour les guider, soixante équivalents temps plein. Cinq unités de vie composent par ailleurs la structure, chacune portant le nom d’un peintre illustre : Monet, Picasso, Matisse, Gauguin, Dali. Que d’eau a coulé sous les ponts depuis 1992 ! A l’heure des allocutions, à la suite d’un texte lu avec saisissement par une résidente, Alain Lefaucheux s’est félicité du bon déroulement des opérations au fil du temps, parlant par exemple à la cantonade « que l’accompagnement des résidents a changé. Il y a eu une ouverture sur l’extérieur, sur la vie, comme pour le Carnaval de Chalon, « Chalon dans la rue »…signe du changement des mentalités. » Il a également évoqué l’extension passée, et la création de cinq résidences adaptées au polyhandicap. Trois verbes ont été placés de sa part sur un piédestal : accueillir, aider, accompagner. Le directeur Serge Burghard prit le relais, tenant des propos à la teneur similaire : «Le projet a bien évolué, il a grandi. C’est avant tout un lieu de vie. » Il ne restait ensuite plus à Annie Lombard, vice-présidente du Grand Chalon en charge des solidarités, qu’à dire tout le bien qu’elle pensait du thème qui était à l’affiche ce jour-là. Toutes ces paroles bues, le climat divertissant reprit le dessus, histoire que tout un chacun se replonge dans la détente absolue afin qu’elle obtienne le dernier mot.

                                                                                                                     Michel Poiriault

                                                                                                                     poiriault.michel@wanadoo.fr