Chalon sur Saône

Épilogue parisien pour le 4e concours d’innovation 697 IA organisé par le groupe Galilé

Dans le cadre du concours d’innovation 697 IA, le groupe Galilé récompense quatre start-up en pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle.


La campagne s’invite à Paris pour parler intelligence artificielle et pour remettre des prix » a déclaré Eric Michoux, pdg de Galilé, en ouvrant la remise des prix du 4e concours d’innovation 697 IA, qui s’est déroulé mardi soir dans les salons de l’Hôtel des Arts et Métiers sous la présidence d’Agnès Pannier- Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances.


Organisé par le groupe industriel chalonnais, ce concours est dédié aux start-up spécialisées dans les technologies de pointe, l’intelligence artificielle, l’industrie du futur, l’IOT (Internet of Things) ou encore le traitement du big data et de l’image. L’objectif étant d’identifier les start-up qui révolutionneront l’industrie de demain, afin de les accompagner tout au long du développement de leur projet.

Cette année, 139 dossiers ciblés ont été reçus en provenance de toute la France, 25 ont été sélectionnés via huit émissions télévisées tournées dans les anciennes usines Kodak de Chalon, et 14 ont été retenus pour la finale par un jury de professionnels composé d’industriels, de chefs d’entreprises, de spécialistes de l’innovation et des start-up. Au final, 4 gagnants ont été désignés. 


La palme à Bioxegy, expert français du biomimétisme


Le 1er prix, à savoir un prêt d’honneur de 25 000 €, a été décerné à l’agence d’innovation et bureau d’études, Bioxegy, qui intervient auprès de grands groupes, ETI et PME, tous secteurs confondus, afin de les aider à réinventer ou améliorer leurs produits et services en tirant parti de la nature.

Le 2e prix, sous la forme d’un prêt d’honneur de 15 000 €, a été attribué  à Revcoo, pour son procédé de capture d'air cryogénique captant le CO2 en faisant chuter la température en dessous de -143 ° C. Un des avantages de ce procédé est qu'il recycle le froid qu'il produit afin de réduire sa consommation d'énergie tout en offrant une efficacité de captage allant jusqu'à 99%. 

Le 3e prix, en l’occurrence un prêt d’honneur de 5 000 €, a été remis à DATASWATI. Fondée par une équipe d'experts (HEC, PhD, Polytechnique), DATASWATI est reconnue DeepTech dans l’écosystème des start-up franciliennes en IA (intelligence artificielle) et industrie 4.0. Qu'il s'agisse du suivi de cuisson dans l'industrie agro-alimentaire, du suivi qualité de l'eau ou tout autre processus industriel complexe, l’IA développée par DATASWATI permet un meilleur contrôle pour une réduction des coûts et une amélioration de la qualité.

Enfin le prix coup de cœur Farman, à savoir un prêt d’honneur de 5 000 €, a été octroyé à Push4M. Une entreprise qui conçoit des muscles mécaniques afin d’assurer la mobilité des jambes et des bras des robots en résolvant le problème énergétique des machines actuelles. 
Les quatre lauréats vont également bénéficier d’un mentorat sur mesure, d’une formation d’expert et d’une incubation pour continuer à développer leur savoir-faire.


L’incubateur dans l’ancienne CCI 

Animée par le chroniqueur Jérôme Bonaldi, spécialiste de l’innovation, la cérémonie, à laquelle assistaient plusieurs parlementaires, dont les sénateurs de Saône-et-Loire Marie Mercier et Jean-Paul Emorine, ainsi que Jean Vient, président de la CPME 71, et Jean-François Farenc, président de l’association des maires ruraux de Saône-et-Loire, a été l’occasion pour Eric Michoux d’annoncer que l’incubateur de start-up va être installé au siège de Galilé, dans les anciens locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Chalon, autour d’une fondation d’entreprise.


Le monarque du monde


Président d’honneur du concours, Olivier Dassault, citant des propos du président russe Vladimir Poutine, a fait remarquer « Celui qui deviendra le leader de l’intelligence artificielle deviendra le monarque du monde ». Puis s’adressant aux quatre start-up gagnantes le président de Génération Entreprise-Entrepreneurs Associés, qui regroupe des parlementaires et des entrepreneurs, a confié « Vous êtes des moteurs et je vous en félicite ».


La grande rupture du 21e siècle

Auparavant Agnès Pannier- Runacher avait indiqué qu’il ne fallait pas rater le virage de l’industrie 4.0. Avant d’ajouter « On assiste à une rupture technologique majeure, à la grande rupture du 21e siècle. L’IA, transversale à l’ensemble des métiers, dessine un nouveau capitalisme, dont on ne prend pas encore la mesure. Il faut former les dirigeants à l’industrie 4.0, les accompagner. La France a pris du retard ». Evoquant aussi « la guerre des talents, un sujet majeur de notre économie » la ministre avait souligné « Les Français sont bons et sont créatifs. Il faut que nous puissions en tirer profit ».

Texte : Gabriel-Henri THEULOT


Photos : Gabriel-Henri THEULOT et Thomas HAZEBROUCK (ensemble des lauréats)


Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche