Chalon sur Saône

Elle se rend à l'EHPAD pour voir son père qui est en train de s'éteindre... jusqu'à...

Laurence Fluttaz, vice-présidente du Conseil régional de Bourgogne-Franche Comté livre son amertume face à la situation.

Mon père a 81 ans, il vit en Ehpad depuis que les troubles associés à la maladie d'Alzheimer ne lui permettent plus de vivre en sécurité chez lui.  Autant d'années durant lesquelles ma mère l'a visité chaque jour, relayée une fois par semaine par ma sœur ou moi. Le temps passé auprès de lui, entièrement voué à l'échange ne cesse d'être riche et émouvant. N'étant plus du tout autonome, l'heure du repas symbolise ce moment de partage. La maladie ne m'a pas pris mon père même si son plaisir à reconnaître, à nommer, à vouloir dire l'entrave souvent. Même humour devant la télévision lorsqu'il parodie un air d'opéra, même goût du sucré et de la bonne nourriture, même mimique pour faire le clown, même rides entre les yeux dans les moments douloureux.

Il ne nous reconnait pas à chaque visite, nous le reconnaissons toujours.

Ces temps nourrissent nos liens et nous savons que la vie alitée qu'est la sienne ne tient que par la vie partagée de ces moments là.

Aujourd'hui  au nom de sa santé on le prive et on nous prive de ce qui, je le crois, est le seul baume à son existence.
« Votre père est en train de s'éteindre! » dit le médecin de l'établissement. 

Alors si mon père doit mourir, cela ne doit pas arriver par cet empêchement, cette privation de liberté, ce non-respect du droit des familles. 

A vous qui vous inquiétez de ce Covid 19, imaginez une seconde que vous arrivez devant l'école de votre enfant, que vous apprenez que les enfants sont confinés et que vous ne pourrez pas revoir votre enfant avant une nouvelle décision du gouvernement...

Aussi permettez que dans nos Ehpad tous nos parents ne soient pas autoritairement isolés.

Merci pour eux et pour nous tous.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche