CONSEIL MUNICIPAL DE CHALON SUR SAONE - "Vous êtes souverains" a rappelé Gilles Platret

Retour par info-chalon.com sur ce 1er conseil municipal de la deuxième mandature de Gilles Platret.

"Tous masqués", "configuration inédite", les mots n'ont pas manqué pour qualifier l'installation du conseil municipal de Chalon sur Saône et de ses 43 membres. 34 élus de la majorité, 3 élus de Bien Vivre à Chalon, 3 élus de Cultuvons Chalon, 2 élus de Chaque Jour Chalon et 1 élu de Ensemble Chalon. Contrairement à la mandature précédente au cours de laquelle le Rassemblement National disposait de deux représentants, les élections de mars dernier ont exclu de facto toute représentation au conseil municipal, n'ayant totalisé que 318 voix, un seuil insuffisant pour disposer d'un représentant. 

Les honneurs de l'installation sont revenus au doyen du conseil municipal, à savoir Serge Rosinof et aux deux benjamins de l'assemblée, Amandine Ligerot (élue de Bien Vivre à Chalon) et Mathieu Varon (élu de la majorité). C'est par la voix de Sébastien Martin que la candidature de Gilles Platret a été présentée devant le conseil, seule et unique candidature. Par 34 voix contre 9 abstentions logiques, Gilles Platret a été installé dans le fauteuil de maire pour son 2e mandat. 

"Vous êtes souverains"

Comme un message subliminal, histoire de rassurer les nouveaux élus, surtout face à la très faible mobilisation, guère plus de 37 % de participation, Gilles Platret a rappelé aux élus du conseil "vous êtes souverains. Vous êtes les représentants de notre population, de l'ensemble des Chalonnais". Un message adressé alors que la liste pilotée par Gilles Platret a réuni 5007 voix des 26 000 chalonnais inscrits sur les listes électorales (contre 7844 voix en 2014). Face à des accusations de "retard à l'allumage", là aussi, le maire s'est voulu très clair, "il nous a fallu prendre le temps de la décision, afin d'assurer la protection des Chalonnais et de celles et ceux qui viennent à Chalon". 

"Des enjeux forts à venir notamment ceux de la relance économique, avec des défis sanitaires et économiques et sociaux devant nous" a insisté Gilles Platret. 

Une première sortie remarquée par la benjamine Amandine Ligerot

Pour le compte de Bien Vivre à Chalon, ce n'est pas Mourad Laouès qui a pris la parole mais Amandine Ligerot, n°2 de la liste. Une intervention masquée qui n'a pas empêché la jeune élue d'entamer fort son mandat d'élue locale. Elle a tenu à remercier tous les anonymes qui ont oeuvré à la lutte contre le virus ces dernières semaines, rendant hommage à son ancien colistier, Francis Mastrolia, décédé du COVID19. Sur la question du maintien de la démocratie locale, Amandine Ligerot s'est voulue plus offensive sur le sujet, interrogeant le maire sur l'absence " de conseil municipal numérique", "s'étonnant de la gestion de crise" par le maire, "l'absence d'informations sur les différentes actions prises" ou la nécessite "de plus de transparence sur certains dossiers". 

"Quand vous êtes en première ligne, vous êtes dans l'action" pour Gilles Platret

Face à Amandine Ligerot, Gilles Platret a réinsisté sur le rôle des collectivités locales dans la bataille contre le Covid19 sans forcément expliciter les mesures prises concrètement dans le quotidien des Chalonnais. Un sujet dans lequel s'est engouffrée Nathalie Leblanc, cheffe de file de Cultivons Chalon  qui a "salué le travail des associations chalonnaises et des acteurs locaux", dénonçant à nouveau "la baisse des subventions allouées aux associations", "le beau discours mais ya les actes". "C'est que les Chalonnais attendaient, c'étaient des informations, il a fallu les demander". "Sur la question de votre action, quel est le budget qui a été mobilisé ? Les Chalonnais attendent courage et empathie plutôt que des postures politiciennes". 

Pour Cécile Lamalle, "notre projet reste notre horizon"

Remplaçant Isabelle Dechaume démissionnaire au lendemain des résultats, c'est Cécile Lamalle qui a pris la parole au nom de Chaque Jour Chalon. "C'est une fierté que d'être présents. Notre binôme pourra jouer son rôle et notre projet restera notre horizon. Notre ville le mérite et l'exige".

Une première dans l'histoire - Un maire de l'agglo qui devient conseil municipal de l'opposition 

Seul élu d'Ensemble Chalon, Alain Rousselot-Pailley, ancien maire de Châtenoy en Bresse, s'est amusé à plaisanter sur la situation quelque peu insolite, de voir un ancien maire de l'agglomération, siéger en qualité de conseiller municipal de l'opposition. Ne souhaitant pas remettre la légitimité de Gilles Platret, Alain Rousselot-Pailley a toutefois rappelé que 65 % des Chalonnais n'ont pas exprimé de choix et que le conseil devait en tirer des enseignements, "ne pas perdre les 6 prochaines années face aux défis immenses qui nous attendent". 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche