Châtenoy le Royal

Quand l’incivilité mène à la connerie !

Deux points de feu entrainent la destruction d’une porte de garage municipal, un volet de la buvette des boules et le vol d’un défibrillateur.

Inadmissible de telles façons d’agir au cours de ce week-end du 15 aout 2020 sur Châtenoy-le-Royal et pardon pour le titre de ce papier, mais il n’y a pas d’autres mots à utiliser face à ce comportement digne de voyous en mal de vacances au-delà du territoire communal.

Mettre le feu dans une poubelle le long d’une porte en bois d’un garage municipal situé au Centre Prévert derrière la mairie, heureusement plus occupé par la voiture de la Police Municipale, avec comme conséquence une porte à refaire dans sa totalité. Qui va payer cela ? La communauté châtenoyenne, celle qui travaille ou a travaillé et paie des impôts locaux.

Bruler un restant de kebab avec ses frites sur le rebord de la fenêtre, laquelle sert de comptoir pour la buvette des boulistes lors de compétitions, feu qui a endommagé sérieusement le volet plastique qui, heureusement, préserve de toute intrusion.

Voler le défibrillateur installé à la porte du local Bibliothèque et salle Berlioz en prenant soin aussi de mettre le feu dans la vitrine histoire d’en rajouter. Un appareil offert à la ville par une association locale.

Sans oublier la balade sur les toits de l’école Rostand au risque de chuter et de voir les parents porté plainte éventuellement.

Tout ceci n’est pas le fruit d’accidents mais d’un vandalisme gratuit et d’un manque total de civisme, un mot français difficilement compréhensible pour certains jeunes « trous du cul », au cerveau gros comme un pois chiche, qui occupent leur temps à jouer les gros bras, mais qui se « taillent » dès que l’autorité vient pour les intercepter.
Il y a des baffes qui se perdent pas tant du public qui risquerait de se retrouver accuser de violence, mais en direction de parents qui ne savent pas dire à leurs enfants ce que veut dire vivre dans une société ou la vie se partage depuis la scolarité jusqu’à dans la vie sociale ou associative, plutôt que de profiter d’un système social trop facile à obtenir au lieu de travailler.

Inutile de dire l’état d’esprit de la Municipalité et de son Maire Vincent Bergeret en ce dimanche matin du 16 aout : «  Je suis écœuré de voir de tels comportements et cela me surenchérit dans le fait d’installer au plus vite de nouvelles caméras de surveillance sur la commune. » Il y aura certainement des réactions de la part des autorités municipales.

JC Reynaud

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche