Opinion de gauche

"COP 25 : l’écologie à grande foulée plutôt que la politique des petits pas !" pour le Collectif Bien Vivre à Chalon

La COP25, qui se tient du 2 au 13 décembre à Madrid, a une responsabilité particulière alors que le climat s'emballe, les ressources s’épuisent et la biodiversité s'effondre : créer les conditions d'un sursaut pour lutter contre les inégalités sociales et le dérèglement climatique, qui sont étroitement liés. Or, face à cette urgence vitale, jusqu’à présent il a été « urgent d’attendre » pour agir :

- 1992, Rio : adoption de la convention internationale sur le climat.
- 1995 à 2019, Conférences des Parties : de la COP1 à Berlin en 1995 à la COP25 à Madrid en 2019, en passant par la COP21 à Paris en 2015.
- 1997 : signature du protocole de Kyoto.

Un quart de siècle de grands raouts internationaux, qui se suivent et se ressemblent, pour sauver l’humanité des changements climatiques. Le grand sursaut que l’on attend, que l’on espère, ne vient jamais.

A Madrid les 196 pays qui ont signé l'accord de Paris, devront reconnaître leur échec : on se dirige vers un réchauffement de +3 degrés de la planète d'ici la fin de siècle.

Le GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le rappelle et le démontre à longueurs de rapports : la politique des petits pas ou d'une écologie des déclarations n'est plus possible. Il faut agir vite et fort, sur tous les plans, puisque sont nécessaires : un changement en profondeur de notre société et des actions rapides et immédiates pour faire face au changement climatique.

Localement ces actions ont besoin d'orientations globales nationales et internationales, de moyens ambitieux, mais surtout de mesures concrètes, pour protéger les populations et sauver nos milieux de vie.

C’est pourquoi nous nous associons au mouvement climatique qui fixe 4 chantiers prioritaires : augmenter drastiquement les objectifs de réduction de CO2, protéger sérieusement les populations les plus exposées, apporter des réponses aux pays qui sont les moins responsables du dérèglement et définir des règles de fonctionnement du marché carbone.

Au-delà de cette exigence minimale d'action globale, les territoires ont aussi une forte responsabilité en matière d'adaptation climatique et d'amélioration du quotidien des habitants.

AChalonetauGrandChalon,nousdevonsfairenotrepart. LalisteBienVivreàChalon2020mesurecette responsabilité et compte bien agir : nous voulons construire avec les habitants la transition écologique nécessaire pour atténuer les effets du changement climatique, réduire les inégalités sociales et protéger les habitants.

C’est pourquoi notre première mesure sera un budget climatique et social, pour que chaque euro dépensé serve à accompagner le changement économique et des modes de vie de toutes et tous, pour vivre mieux.

Mourad LAOUES
Conseiller municipal et communautaire écologiste Tête de liste Bien Vivre à Chalon 2020

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche