Opinion

"Dictature ou couac, mauvaise foi quand tu nous tiens !" pour le député de Saône et Loire, Rémy Rebeyrotte

Communiqué de Rémy Rebeyrotte, député de Saône et Loire

Quand un "ajustement" devient un "couac" !

De la mauvaise foi dans la vie publique, c'est hélas un lieu commun. Et la vie publique n'a pas le monopole. Mais je dois dire qu'en ce moment, nous approchons les sommets.

2 exemples :

Les mêmes qui s'offusquaient à grands cris que le Gouvernement ait réquisitionné les masques destinés aux habitants de Bourgogne Franche-Comté pour les réorienter vers les soignants du Grand Est qui en avaient plus que besoin dans la situation qu'ils rencontraient il y a quelques semaines, fustigent aujourd'hui le Gouvernement de ne pas avoir réquisitionné les "commandes" de la grande distribution.

Rappelons qu'à l'époque, ce n'était que des commandes et que la loi sur l'Etat d'Urgence Sanitaire du 23 mars ne prévoyait de réquisition que sur les arrivées de masques supérieurs à 5 millions d'unités. Le Gouvernement a donc fait son travail, quitte à se faire alpaguer.

Et ce weekend, les mêmes qui ont demandé un ajustement du texte qui sera voté pour prolonger l'état d'urgence sanitaire et créer l'environnement le plus favorable possible au déconfinement, notamment pour tenir compte des travailleurs transfrontaliers qui doivent échapper à la quarantaine, les mêmes qui ont obtenu cet ajustement nécessaire en provenance du Parlement, parlent de couac.

Si le Gouvernement n'écoute pas le Parlement et n'accepte pas les ajustements nécessaires, on est au bord de la dictature : s’il se range aux arguments des Parlementaires, c'est un couac ! Dictature ou couac, mauvaise foi quand tu nous tiens !

En tout cas, chapeau au Gouvernement pour tenir la barre dans de telles circonstances en continuant de tenir compte, plus que jamais, du rôle du Parlement et des Elus des collectivités territoriales.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche