Chalon sur Saône

LEJ, un trio féminin à la déjà remarquable envergure à Chalon sur Saône

Chez LEJ (OU Elijay, tout simplement le cumul de la première lettre du prénom de chacune) la valeur n’attend pas le nombre des années. Lucie, Elisa et Juliette, amies d’enfance âgées de vingt-trois ans sont déjà pétries de talent et promises au plus bel avenir artistique qui soit. Mercredi soir dans une salle Marcel-Sembat très copieusement remplie et à l’intérieur de laquelle l’ambiance chaude bouillante était de mise, les trois jeunes femmes ont confirmé tout le bien que d’aucuns pensaient d’elles. Le reportage photos d'info-chalon.com

Des voix et une conceptualisation pas piquées des hannetons

Groupe constitué il y a trois ans seulement et originaire de Seine-Saint-Denis, son essor n’a eu nul besoin d’emmagasiner les années et de faire de ses ouailles de vieux briscards, expérience aidant. Les apparences sont certes trompeuses, mais la réussite de « l’union tribale » ne doit absolument rien au hasard ni à un quelconque remède miraculeux. Seulement au classicisme emprunté au travail en Conservatoire ainsi qu’à la Maîtrise de Radio France…avant qu’elles ne laissent libre cours à leur inspiration galopante, fertilisante et contagieuse. Le déclic salvateur se sera produit dans la foulée de la formation de leur trio, à l’automne 2013, condition sine qua non pour prendre part au concours organisé par Tryo…et de s’assurer la gagne, puis avec ces lettres de noblesse, d’entamer leur ascension vers des sommets de plus en plus élevés.

Second fait d’armes, lors de l’été 2015, de par la vidéo « Summer 2015 » immortalisée sur YouTube, forte d’extraits de onze titres choisis parmi des tubes universellement admis, faisant l’objet d’un album sorti il y a un an. Tant et si bien qu’à Chalon-sur-Saône, attendues de pied ferme par leurs courtisans, elles n’ont eu qu’à claquer des doigts pour que le public obtempère, alors que de leur côté se devaient-elles de suivre le mouvement en développant leur argumentaire. Puisés dans « Summer 2015 », les titres « Jimmy », « La dalle », « Seine-Saint-Denis Style », Le Mojo (medley), etc. mélange de chansons revisitées pour n’en faire qu’une et de textes made in LEJ,  allaient être les garants d’un viatique multidimensionnel où l’apaisement, la poésie, la finesse, le disputaient à la vitesse surmultipliée. Au cours des changements de rythme fleurant bon chant lyrique, blues, musique soul, hip-hop, pop…Lucie, Elisa (Juliette se mouvant la plupart du temps à l’aide de son violoncelle) auront poussé la conscience professionnelle jusqu’à la naissance du silence, aux motifs de chanson acoustique pour « El  Dulce Leche », et même a cappella pour « Les feuilles mortes » si chères à Yves Montand. Dotée de cordes vocales à la puissance de feu hétérogène, galvanisée le cas échéant par le piano, le saxophone ou les percussions, le duo a également su ne jamais se départir de son humour. Exemple parmi d’autres : « Ce ne sont pas que trois folles qui sautent sur scène ! ».

Nul doute qu’elles aient laissé une trace indélébile aux spectateurs heureux de leur faire partager l’hymne régional, le ban bourguignon, à plusieurs reprises. Le spectacle, débuté dans la fosse avec des artistes installées séparément au milieu du public, voyait en phase finale les larronnes réitérer leur incursion, cette fois à dos de vigile ! Leur tournée internationale s’arrêtera le 13 décembre, après quelque cent dates (dont l’Olympia à quatre reprises), une trentaine de festivals, des concerts privés…A l’issue d’un repos bien mérité il sera alors temps de se pencher sur un album qui devrait vraisemblablement être dans les bacs à l’été 2017. En la circonstance s’agira-t-il uniquement de textes et de mélodies résultant d’un travail de fond des trois filles.

 

Une autre chanteuse pour peindre l’ensemble du tableau

Kora Jamson, du haut de ses vingt-trois ans également, petit bout de femme à la chevelure opulente, n’a pas non plus déçu. En intervenant en première partie en compagnie de ses quatre musiciens, celle qui a participé à The Voice 2016 et rejoint l’équipe de Mika, a mis en condition l’assistance de belle manière. Pour la petite histoire elle compte sur la générosité de tous pour qu’un joyeux événement se pointe en janvier 2017, à savoir un EP…Prière de se rendre illico presto sur Facebook.

                                                                                               Michel Poiriault

                                                                                               poiriault.michel@wanadoo.fr

 

      

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche

Mode et beauté