Chalon sur Saône

Le Cloître canonial de la Cathédrale Saint-Vincent de Chalon-sur-Saône retrouve sa splendeur d'antan

Mercredi, en fin de matinée, le maire de Chalon-sur-Saône a donné une conférence de presse afin de présenter les travaux de restauration du Cloître de la Cathédrale Saint-Vincent suivie d'une visite guidée en présence d'officiels. Plus de détails avec Info Chalon.

À 11 heures, ce matin, Gilles Platret, le maire de Chalon-sur-Saône a donné une conférence de presse afin de présenter les travaux de restauration du Cloître de la Cathédrale Saint-Vincent.
Classé monument historique depuis le 30 avril 1928, ce cloître est attenant à la Cathédrale Saint-Vince de Chalon-sur-Saône. Sa galerie a été édifiée à la fin du XIVème siècle pour les chanoines de la cathédrale qui vivaient dans des maisons situées Place Saint-Vincent (au niveau de l'actuelle Place du Cloître ou Rue de la Poissonnerie).


Dans son discours, Gilles Platret, le maire de Chalon-sur-Saône, a fait un rappel historique de l'histoire de ce cloître.


Remanié et fortement endommagé au fil du temps, il a été reconstitué grâce à l'abbé Mugnier au début du XXème siècle avant d'être cédé à la Ville en 1956. Des désordres importants étant apparus suite à des infiltrations d'eau, le lieu est fermé au public en 2009 et une étude préalable de restauration est réalisée en 2010. La décision de procéder à la restauration globale du site est prise par la Ville en 2012.


En 2013, le maître d'œuvre, choisi au terme d'une procédure de marché public, réalise les études détaillées de travaux. Les marchés de travaux sont passés avec les entreprises, fin de cette même année.


Ainsi, le lot 1 (maçonnerie - pierre de taille) et le lot 2 (charpente - couverture) ont été attribués à Pateu et Robert (Autun), le lot 3 (restauration objets et décors sculptés) à la même entreprise en collaboration avec la société SOCRA (Autun), le lot 4 (menuiserie bois - serrurerie) à la Menuiserie Serge Jeangin de Baigneux-les-Juifs (21), le lot 5 (électricité) à Eiffage Energie (Champforgeuil) et le lot 6 (espace vert ) à ID Verde.


En 2014, la Ville a engagé la restauration des ailes Est, Sud et Ouest et la reconstitution dans son intégritéde l'aile Nord qui avait disparu au fil de l'Histoire. La galerie à claire-voie, dont le traitement entre en totale cohérence avec les galeries existantes , présente une architecture modernisée et identifiable comme l'ont souhaité les représentants de la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC).


Ainsi, ce projet de restauration est guidé par l'ambition de retrouver — dans toute la mesure du possible — l'aspect originel tant intérieur qu'extérieur du cloître des XIVème et XVème siècles, tout en en se démarquant, pour l'aile Nord, de l'original.


En outre, ces lieux sont appelés à être visités par le public, la Ville a intégré, comme dans la réfléxion initiale, le traitement du jardin, l'éclairage de la galerie ainsi que les 2 rampes d'accès pour les personnes à mobilité réduite (PMR) permettant de rattraper la différence de niveau entre la cathédrale et le cloître.


La restauration, pour un coût d'opération toutes dépenses confondues, de 2,2 millions d'euros, s'est déroulée en plusieurs tranches :
2012-2013 : Réalisation des études de maîtrise d'œuvre, validaton de la Conservation régionale des Monuments historiques, consultation des entreprises et passation des marchés.
1er semestre 2014 : Mise hors d'eau des galeries de l'aile Est et 1ère moitié de l'aile Sud.
1er semestre 2015 : Poursuite de la mise hors d'eau de la 2ème moitié de l'aile Sud et l'ensemble de l'aile Ouest.
La suppression des toitures-terrasses existantes, inesthétiques et responsables des infiltrations, a été décidée. Des couvertures traditionnelles en tuiles plates, à versant unique sur chaque galerie et confluant vers le jardin, comme à l'origine, ont été installées.
Une attention particulière a été alors portée au recueil des eaux de pluie.
La création d'un important terrasson entre les façades et la couverture a permis de dégager les fenêtres des bâtiments mitoyens et de diriger les eaux fluviales dans les descentes cachées dans les contreforts de l'édifice puis dans le réseau d'évacuation enterré.
2d semestre 2015 : Restauration intérieure des galeries Est et Sud pour partie.
2016-début 2017 : Achèvement de la restauration des galeries Sud et Ouest.
2018-2019 : Une restitution complète de l'aile Nord partiellement disparue a été réalisée. Elle a été ponctuée d'un aménagement du jardin, qui a permis à ce lieu de retrouver apaisement et quiétude.
La mise en accessibilité du cloître a également été réalisée pour les personnes à mobilité réduite.

Au cours de ses phases, les pierres dégradées ont été restaurées ou remplacées, les sculptures et les nervures des voûtes ont été nettoyées et restaurées, puis un enduit à la chaux a été déposé sur les murs et les voûtes.


Outre les travaux, un diagnostic d'archéologie préventive a été effectué en 2013, révélant une occupation continue du site depuis le IIème siècle de notre ère. Celui-ci conduit, en 2015, a des relevés de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) sur des élévations des murs du cloître qui se poursuivront, en 2016, par des fouilles dans le sol du jardin. Des multiples éléments de construction datés de la fin du XIème ou au début du XIIème siècle sont observés et plusieurs ouvertures anciennes remises à jour.


L'opération a fait l'objet d'une concertation continue avec les riverains, propriétaires d'immeubles mitoyens du cloître et directement concernés par tout ou partie des travaux.


La Ville a bénéficié du soutien financier de l'État à hauteur de 576 413 euros— soit 466 413 euros de la DRAC Bourgogne Franche-Comté et 110 000 euros du Ministère de l'Intérieur —, de la Région à hauteur de 300 000 euros et du Département à hauteur de 162 188 euros.


«C'est un chantier unique en France», précise le maire avant de rajouter que «les Chalonnais sont attachés à ce lieu».


Reconstruire en respectant les codes architecturaux de l'époque sans pour autant dupliquer à l'identique cette partie du cloître qu'est l'aile Nord n'était pas mission facile. En œuvrant de concert, tous les corps de métiers impliqués dans la rénovation ont accompli un travail complémentaire et minutieux.


Dans l'esprit des chapiteaux* médiévaux et du XIXème siècle existants, 40 sculptures en pierre de Saint-Marc** réalisées par la sculptrice Laëtitia de Bazelaire de Rupierre vont venir orner les chapiteaux de la nouvelle aile Nord du Cloître canonial de la Cathédrale Saint-Vincet. Certains de ces chapiteaux réinventées illustreront des thèmes propres à l'histoire de Chalon-sur-Saône.


«Ce lieu, qui sera un atout indéniable pour Chalon, permet aussi de donner un écho à la création contemporaine», dit le maire qui «trouve le résultat particulièrement remarquable».


Il s'agit probablement un des plus vieux cloîtres de France et le seul accolé à une catéhdrale dans le Grand Est de la France. Gilles Platret a également précisé que le lieu, qui n'est pas affecté au culte chrétien catholique, accueillera, à l'avenir, des concerts.


Il sera ouvert au public lors des Journées du Patrimoine, ce week-end.


Étaient également présents, Laëtitia de Bazelaire de Rupierre, la sculptrice, Mina Jaillard, conseillière municipale, Claire Bois-Parcos, directrice administrative et financière de la Ville, Benoît Dessaut, adjoint au maire en charge de la culture et du patrimoine de Chalon-sur-Saône, Joël Lefèvre, adjoint au maire en charge de l'Espace public, Benjamin Saint-Jean Vitus, archéologue de l'INRAP et Frédéric Didier, architecte en chef des Monuments Historiques (2BDM Architecte).

 


* En architecture, le chapiteau est l'élément de forme évasée qui couronne un support vertical (colonne, poteau, pilier...) tout en lui transmettant les charges qu'il doit supporter. Fonctionnel, le chapiteau est également ornemental.
* Pierre calcaire de Bourgogne.


(Galeries de des magnifiques photos du Cloître à venir sur notre site dès demain)

 

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche