Chalon sur Saône

MUNICIPALES A CHALON - Christophe Sirugue passe son tour mais n'entend pas se taire pour autant !

Secret de polichinelle que l'ancien député-maire de Chalon sur Saône a souhaité officialiser en bonne et due forme au travers d'une conférence de presse ce samedi matin. Il ne se présentera donc pas aux prochaines municipales et il a levé toutes les interrogations persistantes. Les explications d'info-chalon.com.

C'est avec beaucoup d'émotions que Christophe Sirugue, ancien député maire de Chalon sur Saône a tenu à lever toutes les ambiguités à son égard. "Après 30 ans de présence politique sur le Chalonnais, j'ai décidé de ne pas me présenter aux élections municipales" a lancé en guise de préambule Christophe Sirugue, l'une des figures maîtresses de la vie politique chalonnaise depuis le milieu des années 90. Il sera passé par toutes les cases, celle de l'opposant municipal, du conseiller départemental, du Président du Conseil Général de Saône et Loire à celle de maire, de député et bien sûr de Secrétaire d'Etat sous François Hollande,"j'ai eu la chance de connaître tous les mandats". En dehors de Dominique Perben, rare sont les élus chalonnais depuis ces 40 dernières années à avoir accumulé un tel parcours en terme d'investissement politique. 

"Je n'ai pas fait de grandes écoles..."

Très humblement, l'ancien premier magistrat rappelle son parcours de militant, celui de jeune surveillant d'internat, ce parcours et ses valeurs qui l'animent depuis tellement longtemps. Des valeurs qui l'opposent totalement "à cette partition entre les progressistes et les nationalistes. Je ne crois pas en cette manière de faire de la politique" rappelle Christophe Sirugue, qui a toujours refusé de succomber aux sirènes de Macron et de la République en Marche. 

5 raisons pour expliquer son retrait de la vie politique chalonnaise

Désormais associé dans un cabinet de conseil parisien, l'ancien maire considère qu'il ne peut être engagé d'un côté et de l'autre et que ses activités professionnelles ne pourraient permettre un plein investissement dans une campagne municipale. "Mais je tiens à rassurer toutes celles et ceux qui ont déjà vendu ma maison que je suis Chalonnais et que je le reste. Je suis tous les week-end à Chalon sur Saône". Un message clair et direct adressé à celles et ceux qui aimeraient bien que l'ancien pensionnaire de l'Hôtel de ville aille s'épanouir vers d'autres horizons. 

Autre raison que Christophe Sirugue a intégré depuis peu, celle "du message des électeurs qui attendent des élus inscrits dans des parcours professionnels", face à des élus considérés comme déconnectés de la réalité de la vie professionnelle des concitoyens et de leurs attentes. 

"La perplexité sur la période politique actuelle dans laquelle je ne me reconnais pas avec l'effacement des valeurs gauche/droite" est aussi un sujet au coeur du raisonnement de l'ancien homme fort du Chalonnais. "Quand on gère la vie politique avec le plus petit dénominateur commun, je ne me reconnais pas dans cette manière de penser" déplore Christophe Sirugue, "être de gauche ne m'a jamais empêché de travailler avec des gens de droite, je n'ai jamais renié mes convictions !".

La dernière et pas la moindre des raisons pour lesquelles Christophe Sirugue entend passer son tour sur la question des municipales, "c'est qu'il faut rassembler pour mener une liste et je ne crois pas que je sois le mieux pour faire ce travail. Je ne veux pas être le motif d'une dispersion des voix chalonnaises. Je préfère m'effacer pour permettre ce rassemblement. Je l'affirme, la gauche peut l'emporter à Chalon sur Saône. Le réseau des forces de gauche est important". 

Par contre, "vous m'entendrez m'exprimer sur les mensonges de Gilles Platret"

"Le choix de Nathalie Leblanc pour incarner les valeurs socialistes est évident" plaide Christophe Sirugue, même si il ne fait pas forcément d'elle la titulaire obligée d'une tête de liste d'une éventuelle liste de rassemblement.  "Elle est très présente sur le terrain. Je ne connais pas d'autres élus qui connaissent aussi bien les dossiers". "La gauche rassemblée, elle peut l'emporter. Toute stratégie se reposant sur le scrutin précédent et des scores enregistrés par les uns et les autres ne serait que pure ineptie. Gilles Platret et Sébastien Martin se détestent, tout le monde le sait mais même unis ils ne passeront jamais vainqueurs au 1er tour des prochaines municipales. Disons-le très franchement, chacun sera comptable le soir des résultats de sa volonté ou pas d'avoir mené le rassemblement". 

"Ma décision n'est en aucun cas un renoncement à mon engagement politique" prévient toutefois l'ancien député-maire chalonnais. "Je m'impliquerai dans la campagne qui s'annonce d'une manière ou d'une autre. Je ne vais pas me priver de revenir sur les mensonges et les choix hasardeux du maire actuel. J'ouvre une parenthèse qu'il faudra bien refermer un jour" conclut Christophe Sirugue. 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche