Châtenoy le Royal

11 Novembre 1918 ! je me souviens !

Il y a 100 ans, le 11 novembre 1918, se signait l’Armistice mettant fin à cette grande Guerre de 1914 - 1918, une date qui ne doit pas quitter les esprits.

Aussi je me souviens que, tout enfant, mes parents et grands-parents maternels m’emmenaient devant le Monument aux Morts de mon village en Savoie, puis plus tard dans la Région parisienne. Nous allions nous recueillir en pensant à toutes ces victimes militaires et civiles de cette effroyable guerre, qu’ils soient morts ou blessés.

Devoir de mémoire, marque de respect, mais surtout devoir de transmission que ma famille tenait à m’inculquer. Elle a eu entièrement raison et encore aujourd’hui je me dois de les remercier et de les saluer, là ou désormais ces êtres chers sont au repos de l’Eternité, auprès de tous ceux qui sont tombés au Champ d’Honneur « Morts pour la France ! »

Cette France qui, petit à petit, m’a ouvert les yeux sur ce que peut engendrer les guerres dans leur ensemble. Je n’ai pas eu à en souffrir de trop, même si la dernière Guerre mondiale de 1939 - 1945 est incluse dans ma propre vie. Mais je me suis toujours dit que mon Devoir était de faire respecter ce Souvenir aux futures générations. Si je peux écrire ces quelques lignes, c’est indiscutablement lié au fait que des hommes et des femmes ont combattu, essentiellement sur cette ligne de Front allant du Pas de Calais à l’Alsace, pour je puisse vivre libre aujourd’hui.

Alors oui, tout petit devant le monument ou lorsque je voyais cette guérite de billets de loterie au profit des Gueules Cassées, je ne pouvais que saluer les Morts et les blessés.

Alors oui, lorsqu’étant plus grand, appelé pour mon service militaire, j’ai défilé dans les rues de Bayonne, juste avant de partir en Algérie, lors de la commémoration de ce 11 Novembre 1918, je saluais, là-aussi, en marchant au pas lent des parachutistes et en chantant « Debout des paras, il est temps de sauter.. », je sentais ce vent de liberté venus des Anciens Combattants. Ce vent que nous, jeunes combattants de cette guerre algérienne, nous donnait pour aller préserver la liberté Française de l’autre coté de la Méditerranée.

Alors oui, lorsque vient petit à petit, l’instant ou le temps suspendra son vol pour m’emmener rejoindre sur l’autre rive, ma famille et tous ceux tombés aux Fronts des guerres, je ne peux que me souvenir de ceux qui m’ont donné cet esprit de liberté.

Peut-être que cela est dû à l’âge, mais le sentiment est toujours aussi fort lorsque vient l’instant de cette commémoration du 11 Novembre 1918. j’ose même dire instant plus fort que les autres commémorations. Il est vrai que la liste est la plus longue sur le fronton de nos Monuments de ces « Morts pour la France ».
Pour avoir visiter certains champs de bataille de cette période, je me suis rendu compte combien leur sacrifice fut grand et souvent pour conquérir quelques mètres de terrain, d’une terre qui n’avait que le nom, faites d’un mélange de terre, de sang et de mitraille.

Alors oui, je vous remercie de comprendre combien le mot Liberté à son importance dans une vie d’homme. Je serais le plus heureux si cette Liberté transmise de générations en générations, soit accompagnée d’une vraie et franche Fraternité d’Hommes de bonne volonté.
Souvenons-nous toujours de cet Armistice du 11 Novembre 1918 !

JC Reynaud

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche