Faits divers

BRAQUAGE DU BAR-TABAC DE CHATENOY - 16 mois de prison ferme pour le braqueur

L’homme de 44 ans qui avait volé, pendant une nuit du mois d’août dernier, le bureau de tabac Le bar du Parc à Châtenoy-le-Royal, a été condamné ce lundi 30 septembre à 16 mois de prison ferme en tout. Il reste incarcéré. Le mois passé en détention provisoire n’a pas changé grand-chose à son discours, il ne sait ce qui lui a pris, en dehors de l’alcool.

« Si j’avais prévu, j’y serais pas allé en short et en claquettes »

Le 30 août dernier après 1 heure du matin, une habitante appelle la police : elle entend des bruits dans le local commercial en-dessous de chez elle. Les policiers cueillent le voleur, ivre. Il était passé par la cour, avait réussi à grimper les trois mètres qui le séparaient de la fenêtre. Il s’était servi d’une hache trouvée dans une cabane dans la cour, pour avoir un appui, mais le tribunal a un soupçon de préméditation que le prévenu balaie ainsi : « Si j’avais prévu, j’y serais pas allé en short et en claquettes, j’aurais mis des baskets. » On peut lire ici le récit de l’audience de renvoi : http://www.info-chalon.com/articles/faits-divers/2019/09/03/45460/tribunal-de-chalon-il-ne-s-explique-pas-le-braquage-du-bar-tabac-de-chatenoy-le-royal/

« Seule une peine de prison est adaptée »

Une lampe halogène détecteur de présence ne s’est pas déclenchée, l’alarme non plus, « on ne sait pas pourquoi », précise la présidente Pertuisot. Ce monsieur a raflé 625 tickets de jeux à gratter, 605 euros, et 10 cartouches de cigarettes. Tout a été restitué à la gérante qui se tient, avec le propriétaire des murs, sur le banc des parties civiles. Maître Bourg la représente pour dire qu’« elle a eu de la chance mais elle est traumatisée ». Clémence Perreau, substitut du procureur lui emboîte le pas : « Même si c’est une tentative de vol, il faut tenir compte de l’importance du préjudice. Il avait pris pour 1900 euros de tickets de jeux, somme non négligeable. » « Indifférence pour les victimes », « multirécidiviste », « il avait les moyens de s’en sortir car il a eu 4 sursis mis à l’épreuve », « seule une peine de prison est adaptée, toute autre peine serait inadéquate ». Elle requiert 8 mois de prison et une révocation de 6 mois de sursis.

10 mois + 6 mois, maintien en détention

« Le dossier pénal ne tient qu’à l’audition de monsieur, plaide maître Sarah Bouflija. Il a tout reconnu tout de suite. Il est suivi au CSAPA, il essaie de se réinsérer, il travaille (missions intérims à la semaine, a-t-il expliqué), il est inscrit à pôle emploi. Renvoyer monsieur en prison, c’est annuler ses efforts car il n’aura plus de logement, il n’aura plus de travail. »
Le tribunal le condamne à 10 mois de prison, ordonne son maintien en détention et révoque son dernier sursis à hauteur de 6 mois. Il devra verser une somme à la gérante pour ses frais d’avocat. Renvoi sur intérêts civils en décembre prochain pour les indemnités.

Florence Saint-Arroman

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche