Journée Internationale des droits des femmes

Micro-trottoir (1)

Découvrez les réactions d'Alice, Danielle, Christine et Nadine.

Alice 26 ans, vendeuse-caviste au Cellier Saint-Vincent 

« C’est une journée importante. Dans mon travail, il arrive quelques fois qu’il y a du machisme. Je fais un métier masculin et beaucoup d’hommes ont du mal à accepter une femme caviste. Cela me touche qu’on ne me fasse pas confiance, et je dois faire mes preuves sans cesse. Mais d’un autre côté, cela me renforce dans ma motivation. » 

 

Danielle, commerçante non sédentaire de produits laitiers  

« Le 8 mars n’est pas spécialement important, il ne consiste pas à grand chose. Les femmes de caractère n’ont pas besoin d’une journée spéciale. Il ne faut pas se laisser faire, je me suis toujours fait respecter et je n’ai pas de problèmes particuliers avec ma clientèle. » 

 

Christine 49 ans, acheteuse en métaux précieux à Seconde Vie de l’Or 

« Ce jour particulier montre que la gente féminine est présente, mais elle m’évoque surtout le rapport entre la femme et l’homme. C’est rappeler que les femmes représentent 50% de la population et qu’il y a autant de femmes que d’hommes. Pour moi, ces deux moitiés forment une équipe complémentaire. Chacun à un rôle, il ne faut pas casser ce rapport naturel. Cette journée doit permettre également de pouvoir discuter calmement des différents points de vue et de la situation actuelle des femmes.» 

 

Nadine 65 ans, retraitée  

« Pour moi, la femme devrait être mise plus souvent à l’honneur et plus défendue. Même s’il y a eu une évolution positive pour les droits des femmes, il reste encore beaucoup d’inégalités entre les hommes et la gente féminine, et tout cela doit évoluer davantage. »

C.G

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche