Politique

Vers un remaniement ministériel après l'Affaire Benalla ?

Alors que le Sénat poursuit ses auditions dans le cadre de la commission d'enquête , des auditions qui pourraient durer près de six mois, le cas d'un remaniement ministériel pourrait se concrétiser d'ici la fin de l'été ou de de la rentrée.

L'Affaire de l'été pourrait ne pas rester sans conséquences avec l'idée d'un remaniement ministériel d'ici quelques semaines, avec bien évidemment la ferme volonté de dissocier tout remaniement de l'Affaire Benalla. Même si du côté des soutiens de la Macronie, chacun s'emploie à minimiser l'ampleur de l'Affaire Benalla, elle aura secoué dans les plus hautes sphères de l'Etat, au point de susciter un certain nombre d'interrogations bien légitimes. Il est encore trop tôt pour connaître les effets de l'Affaire sur la cote de popularité d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe, resté bien, très bien à distance des turbulences. 

Mais ce qui devait arriver, arriva. En incarnant comme l'incarne Emmmanuel Macron, la fonction présidentielle, la voix du Président était attendue bien plus tôt, une voix qui aura permis d'éteindre le feu bien plus tôt, comme nous l'écrivions. L'Affaire aura permis de révéler celles et ceux qui ont "mouillé le maillot" et ceux qui par leur mutisme ou maladresse n'ont fait qu'envenimer la politique. Chacun s'accorde à dire que du ménage pourrait être fait dans les rangs de la macronie, et ce d'autant plus que la première Affaire du quinquennat, aura laissé des traces au plus haut sommet de l'Etat. 

Gérard Collomb ou encore Christophe Castaner sont pointés du doigt en interne, même si là encore finalement, les fidèles d'Emmanuel Macron, paraissaient bien inspirés à rester à distance de l'Affaire, tant l'absence de maîtrise du dossier apparaissait flagrante. La moindre prise de parole hasardeuse, devenait sujet à polémique, alimentant le flot de commentaires journalistiques. On en veut pour preuve le qualificatif de "bagagiste" attribué par Castaner à Benalla. D'autres s'accorderont à dire que l'Affaire Benalla ne suscitaient aucun commentaire de leur part. Sauf que disons le franchement, le dossier de l'été, aura permis de démontrer la faiblesse de l'appareil macroniste, en dehors du seul Emmanuel Macron, très aguerri dans la maîtrise de l'outillage médiatique. 

Plusieurs motions de censure ont été déposés par les oppositions politiques, dans un jeu logique, mais disons le franchement là encore, ces motions se veulent purement symboliques. 

En politique, pour reprendre une phrase fétiche, à l'un des fidèles d'Emmanuel Macron, "il y a l'équipe avec laquelle on gagne une élection, et l'équipe avec laquelle on gère". Et c'est sans doute là, la prochaine étape qui s'annonce. 

Laurent Guillaumé

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche