Chalon /autour de Chalon

Salon «Fiers d'être apprentis» 2019 de Chalon-sur-Saône : pour Hugo, c'est tout vu, ça sera aménagements paysagers!

Pas si simple pour beaucoup de jeunes de se projeter dans l'avenir! Ce n'est pas le cas d'Hugo, un jeune Buxynois, qui visitait, ce samedi, le Parc des expositions de Chalon-sur-Saône, à l'occasion du salon de l'apprentissage et de l'alternance, «Fiers d'être apprentis». Info-Chalon est allé à sa rencontre.

Alors que nous déambulions dans les allées du Parc des Expositions, à l'occasion du salon «Fiers d'être apprentis» 2019, nous avons remarqué qu'un jeune était muni d'un casque de réalité virtuel.


Tout d'abord, qu'est-ce que «Fiers d'être apprentis» ? Il s'agit de la 5ème édition du salon de l'apprentissage et de l'alternance ce samedi 23 mars, de 9 heures 30 à 17 heures, à Chalon-sur-Saône. Il était organisé conjointement par la Chambre d’agriculture, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat ainsi que la Chambre du Commerce et de l’Industrie, dans le but de mettre à bas tous les clichés sur l'apprentissage et promouvoir également l'alternance.


Le jeune était au stand aménagements paysagers. Ce n'est pourtant pas l'image qu'on colle au métier de paysagiste. Preuve s'il en faut que le secteur se modernise. Cela faisait des mois qu'Hugo,15 ans, élève de 3ème au collège de La Varandaine, à Buxy, réfléchissait déjà à cette éventualité mais suite à cette démonstration et aux conseils que lui prodiguaient le professionnel, lequel répondait aux questions du jeune homme, tous ses doutes se sont envolés : il en est maintenant sûr, il veut faire paysagiste.


«Avant, j'hésitais entre coiffeur et paysagiste. J'avais fait un stage chez un coiffeur-barbier, pendant une semaine et ça ne m'a pas plu du tout. Je faisais toujours la même chose, je finissais par m'ennuyer. Là, j'en suis sûr, je veux faire paysagiste!», nous explique Hugo.


«Au collège, j'ai tout juste la moyenne, pas envie d'être en échec scolaire et je me suis un peu renseigné, il y a un CAP à Saint-Marcel pour me former au métier», nous dit-il, plein d'entrain.


C'est sa mère et son beau-père qui lui ont proposé de venir au salon et ce, en dépit du beau temps. Quelle bonne idée ont-ils eu! Accompagnés de la petite sœur et de la grand-mère, ils soutiennent ses choix.


«Il y a tellement de jeunes qui ne savent pas ce qu'ils veulent faire. Moi, je suis ravie que mon fils aie un projet et je suis à 100% avec lui!», nous dit sa mère.


Espérons que, comme Hugo, à qui nous souhaitons pleine réussite dans ses projets, de nombreux autres jeunes, parmi les 1400 visiteurs du salon, ce samedi, aient trouvé des idées pour construire un projet d'avenir.

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche