Saône et Loire

La ruralité de Saône et Loire attend de la considération

Un dir’cab de ministre, un préfet, un président de Conseil Départemental, trois sénateurs, cinq députés…cartont plein pour les élus ruraux qui tenaient, ce samedi a Mont Saint-Vincent leur assemblée générale annuelle. Au menu, la transition énergétique, vue du bureau du maire…ça change tout !

En ouvrant la trentième assemblée générale, le président des maires ruraux, Jean-François Farenc (maire de Blanot) avait un parterre rêvé pour auditoire. En plus de près de deux cents maires venus de tout le département, il y avait, au premier rang, aux côtés du préfet Jérôme Gutton, Philippe Court, adjoint direct de Jacqueline Gouraut  Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, André Accary, président du Conseil Départemental et tous les parlementaires de Saône-et-Loire. Une occasion unique pour le président de faire passer le message.  S’il note une avancée dans les ambitions gouvernementales de détricoter les communes rurales, il reste des dossiers chauds à traiter en priorité. C’est celui des cartes scolaires dont Jean-François Farenc souhaite que soit établie une convention triennale avec l’Education Nationale ; Celui du transfert des compétences en eau et assainissement qui, au-travers de la loi NOTRE spolie les communes dans leur liberté de choix ; Celui du déménagement des services publics (23 Trésoreries sont concernées)  du milieu rural avec, souvent, des promesses non tenues….entre autres. Le président Farenc, au nom de ses 250 collègues adhérents a apporté son soutien sans réserve aux agriculteurs victimes à la fois de la sècheresse et des transactions du CETA et, prochainement, du MERCOSUR. Il a également réaffirmé toute la vigilance des maires quant à la prochaine loi de finance, notamment sur le volet du foncier.   « nous sommes déjà en alerte sur une éventuelle réduction de 250 millions d’euros par an de ressources locales….En effet le PLF 2020 soumis aux parlementaires propose de ne pas appliquer la revalorisation forfaitaire des valeurs locatives retenues pour l’établissement de la TH pour les locaux affectés à l’habitation principale en 2020 » a-t-il  conclu.

De l’energie dans les communes

Un tour de table sur l’environnement, les nouvelles technologies et les projets réalisés ou en cours, a rassemblé Jean-Louis Moratin Chef d’entreprise et initiateur de l’usine de méthanisation à Ciel, Jean-Pierre Billon Maire de Marcilly les Buxy pour un projet éolien, Alain Ballot Maire de Saint-Eusèbe qui gère un parc photo voltaïque, Armelle Devillard,Maire de La Chapelle au Mans  pour un parc éolien en activités, Blandine Aubert pour l’ADEME régionale, Alain Vitaly, chef d’agence ENEDIS pour les collectivités locales, Jean-Claude Nouallet, maire d’Anost, Michel Maya, maire de Tramayes et qui, tous deux, ont une solide expérience de terrain dans la transition énergétique. Un moment privilégié qui a permis de balayer un large spectre des probèmes du moment. L’éolien, le photovoltaïque…des expériences vécues différemment par les élus. Entre Michel Maya maire de  Tramayes qui possède une solide expérience en la matière et la petite nouvelle de la classe environnementale Armelle Devillard qui vient d’inaugurer le seul et unique champs éolien du département, le paysage est contrasté. Jean-Pierre Billon, demandeur à un moment, a expliqué pourquoi il n’avait pas sauté le pas… et ne regrette rien. 

Le sujet du moment c’est aussi l’eau. « Il faudra apprendre à économiser l’eau, notamment en revoyant tout le réseau de distribution qui date. Tout en acceptant de payer le vrai prix de l’eau. Nous avons des dizaines de solutions à appliquer en coordination avec la Région et le Département, mais aussi les usagers. On a tous une partie de la solution. »

Selon Jérôme Durain « l’énergie est à volets multiples et la Région en est consciente qui apporte sont soutien sur de nombreux volets car n’oublions pas que la transition ce n’est pas que des mots, c’est aussi des euros. » Le sénateur Jean-Paul Emorine a milité « pour que l’Etat modère un peu ses ardeurs et laisse les recettes des agences de l’eau à ceux qui en ont besoin, les collectivités ». 

En conclusion de cette matinée le délégué ministériel Philippe Court et le patron du Département, André Accary ont confirmé tout leur soutien aux élus ruraux et en ont convenu, les maires ruraux sont des partenaires incontournables pour le développement économique et soucial des territoires. 

Trente ans…déjà !

C’est le 5 octobre 1989 que Bernard Dessendre, Gabriel Chavy et quelques uns ont déclaré en sous-préfecture d’Autun l’association des maires ruraux. Trente ans ça se fête et avec un parrain qui connaît la musique, Pierre Bonte. Qui a rappelé que cette année il fête ses soixante ans de radio avec « bonjour monsieur le maire ». Toujours alerte il a rendu hommage aux élus de terrain qui, dans un parfait anonymat qui n’a d’égal que leur dévouement, sont les piliers de la République. 

Marie Mercier et Rémy Rebeyrotte ont remis à Bernard Dessendre et Gabriel Chavy, respectivement, les médailles d’honneur du Sénat et de l’Assrmblée Nationale. 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche