CONSEIL MUNICIPAL DE CHALON - Gilles Platret évoque "une évolution récente inquiétante" en terme de délinquance et outrage à Chalon sur Saône

C'est Francine Chopard, conseilère municipale de Cultivons Chalon qui a demandé ce jeudi soir des éléments comptables en terme de délinquance à Chalon sur Saône.

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, montrant les policiers municipaux intervenant dans le parc devant le collège Camille Chevalier, a animé les débats municipaux ce jeudi soir en plénière du conseil municipal. Vidéo reprise par le maire sur sa page facebook, qualifiant les individus, en question, en des termes peu élogieux. Des termes qui ont frappé Francine Chopard, "et qui ne font pas honneur à la fonction", termes qui sont pas sans rappeler ceux utilisés "par votre mentor" (NR - Nicolas Sarkozy). Parallèlement à ce sujet, Francine Chopard a réitéré une demande maintes fois formulée ces dernières années, dans le cadre du déploiement du réseau de vidéo-surveillance, sur la question du bilan de la délinquance. 

Les minorités ont rappelé que soit la vidéo-surveillance est efficace et la délinquance baisse soit elle est inefficace et la délinquance grimpe à demi-mot. Face à l'interrogation, Gilles Platret est rentré un peu dans le détail, évoquant un "déconfinement compliqué", "avec un groupe de jeunes d'une cinquantaine de personnes  dont un noyau dur de 9 personnes", "des jeunes qu'on connaît pour certains pour les avoir rencontré ici même". 

"+ 300 %" de tapage ! 

C'est un chiffre quasi hallucinant qui a été présenté par Gilles Platret, évoquant une hausse de 300 % des interventions pour tapage. Là encore, un chiffre qui serait étroitement lié aux pratiques liées au déconfinement. Plusieurs témoins nous ont effectivement fait part de leurs étonnements face aux comportements nés du confinement. Des témoignages qui vont dans le sens de cette soudaine accélération des cas de tapage, pour lesquels la Police Municipale a été très sollicitée, et notamment au coeur de l'été. 

L'outrage également en nette hausse

Sur la question de l'outrage aux forces de l'ordre, là aussi, Gilles Platret a souhaité rappeler les actes relevés par les policiers municipaux, connaissant une explosion. "Une progression quasi analogue à celle du tapage". "Il y a une montée de la violence au moindre problème" évoquant des épisodes de "caillassage" des forces de l'ordre dans certains secteurs de Chalon sur Saône, déplorant au passage l'absence de renforts au sein de la police nationale, "qui font ce qu'ils peuvent avec leurs moyens, alors que la BAC intervient régulièrement en dehors de Chalon sur Saône, nous laissant seuls à gérer". 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche