"Est-on prêt à sacrifier les étudiants infirmiers ?" s'interroge la CGT de l'hôpital de Chalon sur Saône

La CGT se dit "très inquiète sur le positionnement de l'ARS qui détourne des préconisations du ministère et impose selon des régions des mobilisations d'étudiants pour renforcer les équipes médicales, des arrêts ou suspensions de formation".

" Ces périodes de renfort sont réalisées par des élèves et non par des professionnels diplômés. Si le personnel soignant est tellement en difficultés nous le devons à cette politique de santé qui nous a tant mis à mal, fermeture de lits/ réduction effectif /économie. Comment ne pas être inquiet pour ces étudiants qui ne seront pas encadrés correctement dans les services par manque de temps et de personnel. Tout le monde est conscient de la gravité de la situation mais faut-il pour cela sacrifier les étudiants au risque de pénaliser leur année d'étude ? Par ailleurs le recours à ces élèves dévoués ne pourra combler le déficit en personnel infirmier."

La CGT va plus loin, "l'ARS a pris sa décision mais comment une direction digne de ce nom ne s'insurge pas devant de telles décisions ?"

"Nous savons que la directrice du CH William Morey et le syndicat CGT ne partagent pas toujours le même avis, pourtant il nous paraît impossible que sa position ne soit pas bienveillante à l’égard de ses futurs soignants. Nous connaissons les valeurs de tous les formateurs et nul doute qu'elle défende l'intérêt des étudiants. Il s'agit bien de la formation des futurs professionnels qui seront amenés à travailler avec le corps médical et ce dernier doit en prendre toute la mesure".

Autre sujet sur lequel les représentants du personnel ont souhaité interpeller, "concernant la gestion de la crise au CH William Morey,la CGT déplore l'absence du CHSCT à la cellule de crise et revendique une nouvelle fois sa présence".

L.G

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche