Un débat télévisé entre Gilles Platret et Raphaël Gauvain ... à la hauteur de ce qu'on attendait finalement !

Le député de Saône et Loire et le maire de Chalon sur Saône étaient sur le plateau de Dimanche en politique ce dimanche matin pour se faire face. Le retour d'info-chalon.com

Comme à l'accoutumée, il ne faut pas s'attendre à ce que les débats télévisés permettent un vrai débat... Non pas que le débat ne soit pas inintéressant sur le fond mais c'est toujours la forme qui pose problème. Concentrer sur moins de 30 minutes autant d'échanges sur autant de sujets de société qui méritent du fond bien plus que la forme.... ne fait que favoriser ceux qui excellent sur la forme.

On n'aura pas appris grand chose de neuf finalement pour celles et ceux qui suivent l'actualité des deux élus chalonnais, en dehors du fait que l'un et l'autre ont martelé leurs positions, marquant leurs écarts idéologiques sur la plupart des sujets. 

Gilles Platret dit vrai sur l'hôpital.... tout autant que Raphaël Gauvain... sauf qu'ils ne parlent pas du même sujet

Sur la question de la crise sanitaire, Gilles Platret a pointé ce qu'il qualifie régulièrement d'impréparation de l'Etat entre les deux confinements, évoquant la question des "6 mois de formation des agents hospitaliers" pour obtenir les qualifications en réanimation. Sujet sur lequel info-chalon.com s'était également exprimé en temps et en heure après cette affirmation formulée par la direction de l'hôpital de Chalon sur Saône il y a quelques jours. Une affirmation sur laquelle Raphaël Gauvain s'est inscrit à faux soulignant de son côté que la question n'était pas celle des moyens financiers à mobiliser mais bien celle "des médecins". Une nuance de poids entre les deux élus, l'un parlant "agent hospitalier" l'autre mentionnant les "médecins". Une subtilité sémantique de poids qui permet à l'un et à l'autre de s'inscrire dans une part de vérité. 

Le député de Saône et Loire a profité de l'occasion pour souligner que la situation "est l'héritage des choix politiques faits depuis le début des années 2000 en supprimant des postes de médecins", " et ce n'est pas parce qu'on va ouvrir des lits qu'on aura le personnel pour s'en occuper, voilà la réalité". 

Sur la question des commerces

Sujet sensible évidemment là aussi au regard de l'impact économique et social à venir. Raphaël Gauvain a connecté l'arrêté municipal de Gilles Platret "à celui d'un buzz médiatique en lien avec les élections régionales". Version logiquement refusée par Gilles Platret. "On se doit de limiter les interactions" pour Raphaël Gauvain "alors que vous demandez de rouvrir les commerces". Une forme de non-sens sanitaire souligné par le parlementaire auquel le maire de Chalon évoque plutôt "la protection avec la liberté" alors que pour Raphaël Gauvain, "la priorité c'est celle de protéger". Une protection autour de laquelle l'édile Chalonnais préfère voir "des petits commerces équipés plutôt que de voir des gens entassés dans les grandes surfaces alors qu'on sait que c'est à domicile que la plupart des cas de contaminations ont lieu". 

Gilles Platret plaide pour un Etat d'exception face au terrorisme

L'Etat de droit pour Raphaël Gauvain avec les valeurs de la République érigées face au terrorisme fait face à un Etat d'exception en guerre pour Gilles Platret appelant de ses voeux à agir. Le député de Saône et Loire a poussé le maire de Chalon sur Saône dans ses retranchements, évoquant "un pourquoi pas à un Guantanamo à la Française" et même un changement constitutionnel sur le sujet ou encore "la fermeture" de plus de 200 mosquées sur le territoire ou "virer" "4000 étrangers salafistes", "extraire des prisons les détenus radicalisés".  

Laurent Guillaumé 

 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche