Sensibilisation routière à destination de lycéens d’Emiland Gauthey par l’IUT de Chalon

Rituellement programmée par les étudiants en Gestion Logistique Transport à l’IUT de Chalon, la journée de Sensibilisation routière a dû relever le défi des mesures sanitaires : zéro rassemblement. Mais elle a eu lieu, envers et contre tout, à destination de classes de 2de du lycée Emiland Gauthey. Info-chalon a rencontré Louis Michallon et Gabriel Thomas, deux étudiants du groupe en charge de ce projet, pour un retour d’expérience sur leur challenge.

Chaque année, début avril, comme un rituel nécessaire, des étudiants du département GLT (Gestion Logistique Transport) organisent une journée « Sécurité routière » sur le parking de l’IUT de Chalon-sur-Saône. Un concept initié depuis presque 15 ans par M. Mauny, professeur à l’IUT, dont le cadre est défini et le réseau de partenaires, sans cesse croissant. Il revient aux étudiants qui, dans le cadre d’un travail évalué, ont choisi de mettre en place cet événement, d’en choisir les actions et d’en planifier la logistique.

Mais cette année, le groupe des 8 étudiants (4 sont en 1re année, 4 en 2de année de GLT) se trouve confronté à un défi majeur : les mesures sanitaires interdisent le rassemblement annuel sur le parking de l’IUT, avec moult ateliers et bonne humeur. Mais pas question de renoncer au projet « Sensibilisation routière ». Alors ? « Il va falloir s’adapter, innover, rebondir », conclut Louis.

Un événement indispensable : la prévention

Les associations Prévention Routière et Assureurs Prévention ont mené une étude* sur le rapport des jeunes de 15 à 17 ans à la mobilité et à la sécurité routière. 

Quelques chiffres : 1/3 des jeunes de cette tranche d’âge conduisent déjà un véhicule motorisé (20 % prennent le volant d’une voiture dans le cadre de la conduite accompagnée, 13 % conduisent un cyclomoteur ou un scooter et 2 % une moto).

Les résultats montrent également une triste réalité : un jeune de 15 à 17 ans sur 6 a déjà été victime d’un accident de la route. Soit, en moyenne, 5 jeunes par classe de 30 élèves.

« Les jeunes de 15-17 ans ont leur premier accès à la conduite avec le BSR (Brevet de Sécurité routière, dès 14 ans), explique Louis. Ils sont donc susceptibles de conduire un deux-roues (scooter, mobylette) ou encore un quadricycle léger à moteur (voiturette, quad…) de 50 cm3 maximum qui ne doit pas dépasser le 45 km/h. C’est pourquoi il est important de faire de la prévention dès cet âge. »

On l’aura compris, même si l’accidentalité sur les routes de France est en diminution régulière depuis plusieurs années, les jeunes particulièrement paient un lourd tribut.

Sensibiliser les lycéens au « nécessaire partage de la route »

« Nous voulions garder l’esprit ludique de cette journée de sensibilisation auprès des jeunes, explique Gabriel, tout en leur rappelant les risques qui conduisent aux accidents. »

C’est donc dans deux classes de 2de du lycée Emiland Gauthey que le groupe a pu intervenir sur des séances de 2 heures, les 16 et 25 mars derniers.

Après avoir sollicité la parole des lycéens sur ce qu’ils connaissaient de la sécurité routière, les ateliers ont succédé, rythmant la séance entre théorie et pratique. Au programme : un PowerPoint nourri de chiffres, de théorie, alternant avec des moments plus ludiques où les lycéens interagissaient : quiz et mises en situation diverses. « Si je suis témoin d’un accident, que faire ? » « Comment se servir d’un éthylotest ? »

« Les lycéens ont également testé des lunettes de perturbation, précise Gabriel. Elles simulent différents états comme la fatigue, l’alcool ou la drogue. Avec ces lunettes, ils devaient suivre un parcours sinueux tracé au sol. »

Grâce à cet outil, les jeunes ont pu ressentir les effets physiques de ces perturbations – sensation de tête qui tourne, distorsion visuelle, perte d’équilibre, lenteur des mouvements – et prendre conscience du véritable danger qu’elles suscitent sur la route. 

Les partenaires réguliers 

Si les partenaires ne pouvaient être présents à cette édition 2021 – Covid oblige –, certains ont apporté leur soutien par des dons de matériel, tandis que les autres resteront fidèles à cette manifestation dans sa forme habituelle.

Citons la Sécurité routière, la Ville de Chalon, Framatome, le Crédit Mutuel enseignant, la MAIF, la MGEN, l’association « Mike dans notre cœur » de Lux, les Pompiers de Chalon, l’Établissement français du sang, le CESU urgentistes de Chalon, la Brigade motorisée de Chalon…

D’autres encore, comme certaines entreprises du bassin chalonnais, auto-écoles, casse-auto étaient et seront présentes pour que la prévention sur les risques de la route reste une priorité.

Les séances ont suscité l’intérêt et la participation des lycéens. Louis et Gabriel auront ainsi contribué à cette œuvre utile…

 * (Étude de mai 2015)

Nathalie DUNAND
[email protected]

 

 

 

Annonces

Pub BFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche