Le Grand Chalon, territoire pilote en terme d'emplois et une mise en réseau historique

En présence d'Olivier Tainturier, Sous-Préfet de l'arrondissement de Chalon sur Saône, c'est un dispositif hors norme qui a été lancé sous l'impulsion de l'Etat et du Grand Chalon, en faveur de la formation, du maintien et du retour à l'emploi. Les explications d'info-chalon.com

Plutôt que d'attendre que la catastrophe économique frappe et que les salariés se retrouvent dans une période de flottements et d'inquiètes, la création de la Plateforme Transitions Collectives Territoriale se veut comme une immense toile d'araignées, permettant à chacun d'informer et de s'informer de l'état de santé de telle ou telle entreprise et/ou de la filière économique. Anticiper les difficultés mais aussi permettre à chacun de mieux appréhender les entreprises qui recrutent et celles qui sont en difficulté. 

Une soie d'araignée et un partage des ondes vibratoires

La métaphore de l'araignée et de sa soie semble tout à fait convenir au dispositif présenté par Sébastien Martin et Olivier Tainturier, à l'ensemble des organisations patronales ou des opérateurs de la formation, comme si la moindre vibration permettra d'alimenter l'autre bout. Tous ont répondu favorablement au dispositif, saluant son déploiement. De la CPME, à Fédération du bâtiment en passant par le MEDEF de Saône et Loire, l'UMIH, la CCI et bien d'autres, la plateforme transitions collectives marque la volonté de faire de l'emploi, la priorité du territoire, alors que l'inquiétude sur les conséquences de la crise sanitaire est dans bien des têtes. 

Même si pour le moment le Grand Chalon résiste plutôt bien dans le contexte du moment, la plateforme transitions collectives révèle justement tout son intérêt au moment où les choses se passent pas si mal. Seulement 5 projets en Bourgogne-Franche Comté ont été retenus par l'Etat dans le cadre du programme pilote, et seule l'intercommunalité du Grand Chalon a retenu l'attention de l'Etat. 

Alors concrètement ? 

Pour les salariés d'une entreprise en difficulté, c'est la possibilité d'accéder à une formation dans un métier "porteur" et/ou en tension, tout en conservant sa rémunération. L'occasion au final d'être recruté dans une autre entreprise, sans passer par la case chômage et sans mobilité géographique. L'idée étant de travailler exclusivement sur le bassin local évidemment. 

Pour le Grand Chalon, c'est une manière de s'assurer que la formation des salariés est en adéquation avec les besoins du territoire économique, anticiper les besoins qui pointent et surtout conserver les forces vives sur le territoire. 

Territoire d'industrie certes mais pas seulement

Les métiers de l'hôtellerie-restauration n'ont pas été oubliés dans le dispositif même si la connotation industrielle ne fait aucun doute. Créer des passerelles vers les secteurs qui recrutent  comme le transport, le service à la personne... reste la ligne centrale du dispositif. 

Pôle Emploi et tous les acteurs de la formation ou de l'emploi se sont associés au dispositif de la plateforme, considérant que toutes les énergies doivent être mobilisées . L'animation de la plateforme reviendra au Grand Chalon , qui animera et facilitera les interactions entre les divers acteurs avec le détachement d'un agent en particulier et la mobilisation du service de développement économique du Grand Chalon. 

Une prise en charge des rémunérations par l'Etat

En fonction de la taille de l'entreprise, l'Etat entend jouer pleinement son rôle en prenant 100 % de la rémunération et la formation des salariés pour les entreprises de moins de 300 persnnes, 75 % pour les entreprises de 300 à 1000 salariés et 40 % pour les entreprises de plus de 1000 salariés. C'est dire qu'en ce qui concerne le territoire du Grand Chalon, la prise en charge à 100 % risque d'être la modalité la plus communément admise. 

"Un dispositif gagnant, gagnant, gagnant, gagnant" pour Olivier Tainturier

"Pour le territoire, les entreprises, les salariés et les secteurs économiques. Il va falloir amorcer la pompe et remonter toutes infos même si il y a quelques verrous à faire sauter. Le Grand Chalon est le premier territoire à s'engager dans un tel dispositif, un enthousiasme qui est le reflet d'un territoire qui joue collectif. Il fallait le porter et tout le monde s'est mis autour de la table" livrait le Sous-Préfet de Chalon sur Saône, saluant l'Union Sacrée de toutes et tous. "Le dispositif propose une vraie porte de sortie pour les entreprises en difficulté" précise Sébastien Martin. Martine Granier, Directrice de la mission de développement économique du Grand Chalon a souligné "l'importance de mises en place d'un suivi en temps réel, sur l'instauration d'indicateurs et de la communication auprès des acteurs économiques pour que le dispositif soit connu". 

"C'est le début de l'aventure, il va falloir le vendre, aller chercher les entreprises les plus en difficulté pour les accompagner" a conclu Sébastien Martin, "alors que 60 % des emplois qui existeront en 2035 n'existent pas encore"

 

Pour toute information - [email protected] ou par téléphone au 03 58 09 20 47

Laurent Guillaumé 

Annonces

Pub UBFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche