"Honte à eux" dénonce Rémy Rebeyrotte après la gifle adressée au Président de la République

Honte à eux!

"On a frappé le Président de la République."

Jamais je n'aurais pensé écrire un jour ces mots. Mais, depuis le second mouvement des gilets jaunes et les extrêmes qui l'ont piloté, notamment l'extrême droite, ceux qui avait armé idéologiquement Maxime Brunerie contre le Président Chirac le 14 juillet 2002 ont pris de la vigueur. Plus que jamais, ils ont leurs média, valeurs actuelles ou CNEWS, leur appuis, les Le Pen et autre Dupont Aignan, leurs passeurs entre la Droite et l'extrême-droite- nous en savons quelque chose en Saône-et-Loire-, et ils développent leur violence ordinaire.

Cette violence fascisante, je la condamne depuis toujours, encore plus aujourd'hui. C'est cette haine, ces frustrations mal digérées et cette "méchanceté crasse" qui frappe la République et ceux qui l'incarnent au quotidien , des forces de l'ordre, aux sapeurs-pompiers, jusqu'au Président de notre République.

Que les condamnations soient plus que jamais exemplaires.

Rémy Rebeyrotte, Député

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche