Agglomération chalonnaise

Virey le Grand a organisé son premier évènement avec ̏ La matinée sur le Handicap˝

Faciliter l’inclusion des enfants en situation de handicap, dans les structures collectives et individuelles, nécessite une bonne communication entre les différents acteurs.

Une mairie très sensibilisée par les personnes et les enfants en situation de handicap puisqu’elle a déjà sur son territoire l’Institut Medico Educatif Georges Fauconnet, donc il était normal pour le village de recevoir le Pôle enfance handicap 71 ce samedi matin 12 juin à la salle Marcel Pagnol.

Kamel Koutabli  coordinateur au PEH 71 et Louise Bourgeon assistante de service social au PEH 71, avaient amené tout un panel d’équipements, de jeux et de documentations en complément des informations qu’ils ont pu communiquer aux familles confrontées à ce type de situation. Les familles sont souvent très démunies devant un enfant porteur de  handicap, elles ne connaissent pas tout ce dont elles peuvent bénéficier et ne savent pas que des équipes comme celles du Pôle Enfance Handicap 71 existent et peuvent être présentes à leur côté et les aider.

« Le Pôle Enfance Handicap 71 c’est une équipe d’éducateurs spécialisés, de psychologue, d’assistante de service social et d’un secrétariat, qui est au service des parents et des professionnels de l’enfance, avec pour objectif d’offrir un accueil de qualité. Le rôle du PEH 71 est  de favoriser l’inclusion des enfants dans les lieux de droit commun, les temps méridiens, le périscolaire, les crèches, les séjours en milieux ordinaires. C’est aussi l’accompagnement des parents dans leur rôle éducatif et la formation des professionnels de l’enfance, en allant encore plus loin par le soutien d’initiatives comme celle de Virey le Grand, et des projets innovants pour se faire connaitre et travailler avec les collectivités, les élus, les CCAS » expliquait Kamel Koutabli.

De nombreux jeux de formation, livres pour enfants étaient présentés, qu’ils soient sensoriels ou visuels et même sonores ils servent énormément à communiquer avec eux, à engager une discussion, à les mettre en confiance et les apaiser à l’instar de la petite Névia, atteinte de Trisomie 21, qui a trouvé un terrain de jeu dans la tente de développement sensoriel et lumineux. Sa maman Catherine Zizzo, conseillère municipale, Kamel et Louise accueillaient les visiteurs qui ont pu échanger lors de cette matinée riche en émotions.

Regarder ces enfants comme les autres, c’est avant tout se regarder avec chacun nos différences qui font la richesse de l’être humain. Un enfant reste un enfant, il a droit au même regard, à la même attention, à la même affection et c’est notre devoir d’adultes de faire en sorte que chacun d’entre eux puisse vivre sa vie d’enfant et d’accepter leur différence qui est parfois une force pour l’entrée dans le monde des adultes.

            C.Cléaux