Saint-Rémy

Conseil municipal de Saint Rémy, les élus de l’opposition claquent la porte

Après un début de séance déjà houleux, les élus de l’opposition quittent la séance du Conseil à la 8ème délibération, se faisant traiter après leur départ  ̏d’opposition destructive˝ par Madame le maire

Un ordre du jour quelque peu classique en cette période de l’année, pourtant il fût très animé ce jeudi soir pour le premier retour dans la salle du Conseil après les travaux et surtout les dispositions sanitaires de ces derniers mois.

Un premier accrochage entre Didier Bernard de l’opposition et Florence Plissonnier sur la question de l’enregistrement des séances de conseils municipaux qui n’avait pas pu être réalisé à la salle des fêtes et la remarque de l’opposition qui regrettait d’avoir découvert la date du Conseil sur le Facebook de la mairie, il a souhaité qu’un moyen soit trouvé afin que cela ne se reproduise plus. Le déroulement du conseil s’est poursuivi avec l’abstention des élus de l’opposition au  rapport 2 sur la décision modificative du budget principal.

A la délibération sur l’aide à l’achat de vélos, et la remarque faite par Didier Bernard concernant la mise en place de cette aide qu’il considère arriver après celles du département et du Grand Chalon, Florence Plisonnier a répondu : « les montants étaient alignés sur ceux du département et du Grand Chalon, ils ont été harmonisés pour appliquer les mêmes règles. Ces aides font partie du plan Vélo, c’est une action parmi tant d’autres... » Réponse qui n’a pas satisfait l’élu de l’opposition, faisant monter d’un cran le ton entre la majorité et l’opposition.

A la délibération N°8 sur l’attribution des subventions, intervention de Didier Bernard : « Bien sûr, on va voter pour ces subventions, on a noté avec intérêt qu’il y avait des associations qui voyaient leur subvention augmenter (les écoles), j’ai un regret, qui est quasi permanent au sein de ce conseil depuis 2014, c’est que les commissions ne se réunissent pas, je trouve que ça pourrait être l’objet d’une commission vie sociale que d’aborder le problème des subventions municipales plutôt que de découvrir sur un tableau, le soir du conseil, le montant. On peut toujours s’interroger sur les critères qui font qu’elles augmentent ou qu’elles baissent même si vous dites que vous faites référence au règlement. Je suis toujours étonné et je regrette beaucoup l’absence de démocratie ici et les conditions ne se réunissent pas pour qu’on puisse échanger autour de ces subventions. On va malgré tout voter. » 

Florence Plissonnier a répondu à cette intervention : « Quand on prend les commissions, j’ai les fiches de présence aux commissions. Quand on fait des commissions finances, quand on fait des commissions autres, il y a une ou deux personnes de votre groupe et c’est tout, donc je suis désolée mais on a fait une formation finance, on avait décidé de vous inviter pour que vous puissiez enfin comprendre la différence entre un budget de fonctionnement et un budget d’investissement, il y avait deux personnes de votre groupe. Nous, on fait ce que l’on peut, on fait des commissions et vous n’y assistez pas. Donc participez aux commissions et après on en reparlera. »

Didier Bernard  a répondu à Madame le maire qu’elle exagérait et les 4 élus de l’opposition ont quitté la salle. Après une discussion très animée entre Didier Bernard et Florence Plissonnier, celui-ci a quitté à son tour la salle une vingtaine de minutes après le début du conseil. Florence Plissonnier a lu l’intervention qu’elle avait prévue ̏ pour rétablir la vérité sur les différents sujets abordés ces dernières semaines˝, lecture faite uniquement devant les élus de la majorité. « Je souhaite rétablir la vérité concernant différents sujets abordés ces dernières semaines. Contrairement à ce qui a été affirmé au Ministre des Sports et aux San-Rémois par l’opposition « constructive », les écoliers ont pu bénéficier d’un cycle piscine complet, conformément aux préconisations des programmes de l’Education Nationale.

Contrairement à ce qui a été affirmé par l’opposition « constructive », une piscine ne se remet pas en route en un claquement de doigt. Contrairement à ce qui a été affirmé par l’opposition « constructive », il n’a jamais été question de fermer définitivement la piscine. Contrairement à ce qui a été affirmé par l’opposition « constructive », la piscine a été entretenue pendant le dernier mandat : les vestiaires ont été repeints, intérieur comme extérieur et des bandes anti dérapantes ont été installées à la sortie des vestiaires et autour des bassins. Contrairement à ce qui a été affirmé aux San-Rémois, toujours par l’opposition « constructive », je gère les dossiers à 100% et je ne me suis pas noyée en eaux troubles mais l’opposition destructive, elle, a bu la tasse. »

Les autres délibérations ont été votées à l’unanimité par la majorité, les élus de l’opposition ayant quitté le conseil.

C.Cléaux