Bourgogne

SNCF Réseau mène un «chantier colossal» sur la ligne à grande vitesse Paris-Lyon

Communiqué de presse

 

SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, réalise d'important travaux de modernisation de la voie sur la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Paris-Lyon entre Pasilly (89) et Lacour d'Arcenay (21). Ce chantier représente un investissement de 63 M€ financé par SNCF Réseau.

La ligne Paris-Lyon (LGV) est la plus circulée d'Europe avec un tiers du trafic TGV national et compte, en période de forte affluence, jusqu'à 300 TGV par jour.

DES TRAVAUX SPECTACULAIRES SUR L’AXE FERROVIAIRE FRANÇAIS LE PLUS CIRCULÉ

La modernisation de la voie sur la LGV Paris-Lyon, qui a débuté en 2020 et s’achèvera en 2023, représente un investissement de plus de 300 M€ financés par SNCF Réseau sur environ 160 km de voie. Une première phase de travaux a eu lieu en 2020 entre Vergigny et Tonnerre, permettant de renouveler 40 kilomètres de voie.

De juillet à décembre 2021, les travaux se concentrent entre Pasilly (89) et Lacour d’Arcenay (21). Au total, 55 kilomètres de voie seront renouvelés sur cette zone, soit 88 000 traverses et 50 000 tonnes de ballast remplacées (les rails ne seront pas remplacés). Deux bases travaux ont été installées à proximité : elles sont situées respectivement à Montbard et Lacour d’Arcenay. 

500 agents SNCF et ceux du groupement d’entreprises seront mobilisés sur ce chantier d’envergure.

LE TRAIN DE TRAVAUX, VÉRITABLE USINE SUR RAILS

Les travaux sont réalisés à l’aide d’un train usine, long de 750 mètres et pouvant peser jusqu’à 2 500 tonnes. Ce train est composé d’une succession d’engins permettant de renouveler les composants de la voie. Alors que l’utilisation de moyens classiques ne permet de renouveler que 200 mètres de voie par jour, sur ce chantier, ce sont plus de 500 mètres de voie qui seront remplacés en moyenne chaque nuit, et jusqu’à 700 mètres certaines nuits grâce à ce train spectaculaire.

Cette méthode industrielle permet de réduire la durée globale des travaux tout en préservant pour les voyageurs, en journée, la performance et la régularité de la ligne.

UN CHANTIER SYNONYME DE RETOMBÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES LOCALES

Ce chantier, qui mobilise en moyenne 500 agents et fait appel à 10 entreprises, génère indirectement des retombées économiques liées à l’hébergement et à la restauration des personnels de chantier. Ce qui représente l’équivalent sur une année de 315 emplois directs, et 264 emplois indirects*.

*Source : calcul CGDD sur la base des données économiques INSEE Esane 2016 portant les secteurs d’activités Travaux  publics.