A lire

Reconversion professionnelle (Portrait 3) La Chalonnaise Selda ouvre sa boutique de vêtements féminins

Elle a fait le tour du monde en tant qu’hôtesse de l’air. Elle revient à Chalon, la ville de son enfance, pour ouvrir sa boutique « Siara ».

Selda Sankaynagi nous accueille à Siara, sa nouvelle boutique de la Grande rue, à Chalon.

L’accueil, Selda en avait fait le cœur de son ancien métier, celui qui fait rêver tant de jeunes filles et avec lequel elle a fait le tour du monde. Car avant de revenir à Chalon, Selda était hôtesse de l’air durant 6 ans. Et c’est à Istanbul qu’elle posait ses valises, entre deux vols.

Qu’est-ce qui a décidé cette reconversion professionnelle ?

Hôtesse de l’air, un métier difficile

Il y a la face lumineuse de ce métier, un brin fantasmé. Et bien sûr la face cachée, celle qui use d’année en année.

« C’est un métier très physique, explique Selda. Outre les décalages horaires, les journées sont très longues et le stress toujours présent sur un vol : les préparatifs se font évidemment très en amont de l’heure du vol et, pendant le voyage, la concentration est constante puisqu’on doit aussi assurer la sécurité des passagers. D’où une grande tension nerveuse. Et puis, vous avez peu de temps disponible pour la famille, ça crée un manque au bout d’un moment. On vit en décalage avec les autres finalement. On prend vite l’habitude de ce rythme particulier mais je crois qu’il faut savoir s’arrêter. Je savais que ce serait difficile et, quand j’ai commencé, je m’étais fixé un objectif : l’exercer entre 5 et 10 ans pour ne pas subir l’usure. Je peux dire que j’ai fait le tour du monde et que j’ai acquis une certaine confiance en moi, ce sont les points positifs de mon métier d’alors.»

Quel métier choisir ensuite ?

Après une période de repos nécessaire, Selda travaille dans des magasins de mode chalonnais. Très vite, elle prend des initiatives et se sent à l’aise dans l’aspect du management. « Ma sœur – qui est dans le métier – m’a convaincue que j’avais les capacités pour me lancer. L’idée a fait son chemin : pourquoi ne pas avoir ma propre boutique ? »

Les démarches

Consulter la CCI (Chambre du Commerce et de l’Industrie), puis un expert-comptable qui l’aidera à y voir plus clair grâce au prévisionnel, trouver un local à louer… toutes ces démarches se feront sur environ 6 mois. Le 29 mai 2021, ‘Siara’, sa boutique prêt-à-porter féminin, ouvre ses portes au numéro 24 de la Grande rue.

« Ce que j’aime dans cette nouvelle vie, c’est que je peux faire ce que je veux.» Selda va choisir ses modèles à Paris, prépare la collection, agence son magasin, la vitrine. « Mon inspiration, ce sont les vêtements sobres et simples pour habiller la femme active. »

L’objectif est atteint, voire dépassé : les clientes sont de tout âge, de 20 à 60 ans. Ouverte depuis à peine 3 mois, le va et vient de la clientèle est déjà quotidien. Et Selda, attentive et discrète, accueille toujours avec le même sourire, mais cette fois-ci dans son propre espace !

Par Nathalie DUNAND
[email protected]

Boutique SIARA
24, Grande rue
Chalon

x'