Chalon sur Saône

Un travail d'orfèvre, pour un show total des Danceperados of Ireland à Chalon

Ambassadeurs zélés parmi d’autres de la cause irlandaise dans son acception la plus large, les Danceperados of Ireland auront tapé dans le mille ce jeudi soir en la salle Marcel-Sembat de Chalon-sur-Saône, présentant expertement une tripotée de séquences d’une expressivité apte à entraîner le moins des mordus vers des ailleurs garnis d’irrésistibles appels au grand chambardement…

Une succession de moments d’une haute tenue, à la tonicité remarquable

Que célébrait-on donc avec tant de prestance ? La fête nationale, la Saint-Patrick, une victoire éclatante du XV du Trèfle ? Que nenni ! C’est le légendaire whiskey qui a été singulièrement décrypté, en long, en large et en travers, que ce soit sur un écran géant par un long texte très instructif, ou sur scène avec des exécutants rompus aux prouesses artistiques, s’activant en tous sens. Dame, c’est que la distillation du whiskey appartient au patrimoine de la verte Irlande, au même titre que la danse, la musique traditionnelle et le chant. Ces gènes sont très vivaces, et les démonstrations sur scène sous le couvert du spectacle « Whiskey, you are the devil », ont fait ressortir les signes ostentatoires de fierté d’un peuple vis-à-vis d’un nectar qui s’est profusément répandu à travers le monde…Forts de cette intrigue, les artistes, au nombre d’une vingtaine, ont nerveusement griffé le sol et coloré l’atmosphère de par le brassage des genres. Six musiciens dont un chanteur et une chanteuse devaient réinjecter en permanence ce carburant qui sied tellement bien aux tenants de la joie de vivre, de la fougue, de l’entrain, de la frénésie, voire de la mélancolie, de l’épisode cathartique, de la langueur par le biais de chansons contant de douloureux événements constitutifs de l’Histoire de l’Eire. Les quatorze danseurs ont pour leur part lâché les chevaux avec des exhibitions particulièrement physiques et enlevées, ces six caractéristiques jeux de jambes à nuls autres pareils apprivoisant les envolées aériennes d’un pas léger, le buste droit comme un i, qui soulèvent immanquablement l’enthousiasme. Et lorsque les claquettes jouent par-dessus le marché leur partition, le public est gratifié d’une plus-value significative. Globalement parlant, la magnificence à l’état brut, ainsi que le marchepied pour la fureur de vivre. La contagion a accompli son œuvre.

                                                                                                                   Michel Poiriault

                                                                                                                   [email protected]

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche