Chalon sur Saône

La musique d’Amérique latine au cœur du concert de Mandol’in Echo

Samedi Mandol’in Echo était de retour au Studio 70 pour son concert d’automne avec pour thème la musique d’Amérique latine

Ce samedi les Chalonnais et les Grandchalonnais avaient l’occasion de découvrir un peu mieux la musique d’Amérique latine en venant écouter les mandolines et les guitares de Mandol’in Echo, qui donnait son concert d’automne au Studio 70. Et ils n’ont pas raté cette chance, puisque c’est encore une fois devant une salle comble que s’est produit l’ensemble à plectres chalonnais, qui fête cette année ses cinq ans d’existence.
Au premier rang de l’assistance on notait la présence de Dominique Rougeron, conseillère municipale déléguée aux relations avec le monde culturel et sportif, Bernadette Vellard et Jacqueline Gaudillère, conseillères municipales, Gilles Lutmann, président, et Gérard Hochart, président d’honneur de la Fédération musicale de Saône-et-Loire.
Lors de la dernière sortie de Mandol’in Echo en juin dernier, en l’église Saint-Martin de Laives, les guitaristes Rafael Hernandez Duarte et Honorine Mangin avaient joué en qualité d’invités. Mais depuis les deux élèves du conservatoire à rayonnement régional de Dijon sont devenus membres à part entière du groupe.


Une large place à la guitare


Comme l’a souligné en préambule Josiane Blavier, présidente de l’ensemble à plectres, une large place a été laissée à la guitare. Laquelle est devenue un instrument magique sous les doigts de Rafael Hernandez Duarte. Seul ou en duo avec Honorine Mangin, le musicien colombien a montré toute l’étendue de son immense talent. Heureux de nous faire profiter de la musique de son pays avec Bambuco en Bm d’Adolfo Mejia et avec German et Porro, deux suites de Gentil Montana. Et aussi de la musique des pays voisins avec Alfonsina y el Mar de l’Argentin Ariel Ramirez, avec Milonga d’un autre Argentin Jorge Cardoso et avec Seis por Derecho du Vénézuélien Antonio Lauro. On retiendra également la magnifique interprétation d’un extrait de La Vida Breve, le drame lyrique de l’Espagnol Manuel de Falla.
Boosté par la présence - on espère le plus longtemps possible - de Rafael Hernandez Duarte et d’Honorine Mangin, Mandol’in Echo a bien mérité le tonnerre d’applaudissements, qui a marqué la fin du concert et qui est venu couronner un moment musical de grande qualité. Et qui est passé trop vite...

Dès le 8 décembre à Saint-Germain du Bois
Mais on pourra retrouver Mandol’in Echo dès le 8 décembre à 17 heures en l’église de Saint-Germain du Bois, à l’occasion du concert de l’Avent de la chorale « Les Baladins ». Puis au cours du dernier week-end de mars 2020 Mandol’in Echo accueillera toujours au Studio 70 l’orchestre à plectres Claude Gelée de Jarville. Avant de se produire quelques semaines plus tard le 18 avril en compagnie de la chorale De Si De La.

Gabriel-Henri THEULOT

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche