Election municipale

Cinquième meeting de campagne aux Aubépins pour la liste En Avant Chalon

En Avant Chalon a organisé son cinquième meeting de campagne ce jeudi soir aux Aubépins. Au programme, des thématiques comme les rénovations dans ce quartier en mutation, la santé, l'emploi chez les jeunes et la sécurité. Plus de détails avec Info Chalon.

Jeudi soir, à 19 heures, la liste En Avant Chalon a organisé son 5ème meeting de campagne dans le quartier populaire des Aubépins, à un peu plus d'un mois des élections municipales.


Tour à tour, Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône, et Sébastien Martin, président du Grand Chalon, ont pris la parole dans une salle Arc-en-ciel de la Maison de quartier des Aubépins comble.


Sans oublier Hervé Dumaine, pharmacien du quartier et 7ème sur la liste, le «régional de l'étape», selon les propres mots de ce dernier.


Parlant d'un «quartier en mutation», le maire a évoqué la baisse des effectiifs scolaires, imputant cela à la démolition des tours d'habitations dans la partie Sud des Aubépins.


«Nous sommes dans un entre-deux», dira-t-il à ce sujet avant de rappeler qu'il est question de «reconversions d'une partie du quartier».


«Tous les élus ont cette manie de couper le ruban, c'est-à-dire d'investir que d'entretenir derrière. On met le paquet quand on veut créer quelque chose de neuf mais parfois, je ne jette la pierre à personne, c'est un peu la tendance générale, on repousse souvent l'échéance en matière d'entretiens car il y a toujours des priorités d'investissements sauf qu'au bout d'un moment le patrimoine, il se dégrade. Nous avons fait le constat que le patrimoine scolaire, il était pas en grande forme» poursuit le 1er magistrat de la ville défendant le bien-fondé de son programme de restauration.


Il est à rappeler que la commune de Chalon-sur-Saône a la gestion des écoles maternelles et élémentaires. Les collèges sont gérés par le département de Saône-et-Loire et les lycées par la région Bourgogne Franche-Comté.


«La Ville a les bâtiments en charge», précise le candidat qui fera allusion aux travaux entrepris à Jean Moulin pour 73 000 euros en 2015, puis l'année suivante, avant la restauration des préaux, des toitures et d'isolation pour 49 000 euros sans oublier la réalisation de la fresque de Jean Moulin, «un magnifique projet».


Jean Moulin étant une des 2 écoles, avec Vivant Denon, a avoir une cérémonie patriotique.


«Une des 2 écoles où les enfants partagent la mémoire de quelque chose de fort, en l'occurence, c'est la 1ère réunion du Conseil national de la Résistance sous l'égide de Jean Moulin. Je trouve que c'est beau que ces enfants qui sont toujours présents avec leurs maîtres chantent, animent et s'imprègent de ce personnage dont l'école porte le nom. Ce n'est pas ce qui a coûter le plus cher, ce n'est pas grave car la fresque a une valeur symbolique importante dans la transmission de la mémoire et ça pour nous, c'est très précieux», ajoute à ce propos, le maire sortant avant de parler de la destruction prochaine du gymnase attenant à l'école, «d'ailleurs concernant celui-ci, ça va vraiment s'accélérer durant les vacances de février».


Après l'école Jean Moulin, il fut question «d'interventions plus fortes» sur l'école Romain Rolland.


«Là on avait vraiment un patrimoine scolaire très dégradé. C'est l'école où les armoires électriques ont pris feu. Vous vous rappellez peut-être de cet épisode qui avait été quand même un peu piquant», poursuit le premier édile qui parlera de travaux de restauration d'un montant de 707 500 euros, pendant la durée du mandat de celui-ci.


«C'est un énorme investissement mais c'était nécessaire et ça se poursuivra dans l'avenir», explique le chef de file de la liste En Avant Chalon, «mais pourquoi on investit dans les écoles? Car on a le sentiment que c'est indispensable pour la cohésion sociale, surtout dans ce quartier qui accueille beaucoup de familles venues de l'étranger, qui parfois restent peu de temps, quelques mois ou quelques années, et qui continuent leur chemin après.Romain Rolland a un vrai rôle d'accueil notamment pour les enfants venus d'autres pays».


Le maire a ensuite parlé des rénovations dans le quartier, de la résidence Sénior de l'OPAC «qui est en cours de réalisation et qui avance très bien» et un programme lancé par le Grand Chalon de rénovation énergétique à destination d'un ensemble de co-propriétés, concernant les 48 logements de la Tour des Aubépins.


«Le programme a pris un peu de retard quand même, il aurait dû finir fin d'année. Il y aura donc un dépassement. En tout cas, il a été lancé avec des aides du Grand Chalon et de la Ville de Chalon. C'est un vrai défi car cet investissement va permettre de baisser la facture des consommables pour les propriétaires de la Tour. C'est ça l'enjeu évidemment. C'est que vous investissiez mais ça vous coûte moins cher car vous êtes mieux isolés. C'est quand même mieux pour la planète car il y a moins de rejet, c'est du gagnant-gagnant».


Toujours concernant, le volet énergétique, Gilles Platret a fait mention de la «grosse pression» sur Chalon Énergie, le prestataire de chauffage urbain de la commune, fin 2014-début 2015, pour obtenir en moyenne d'une baisse de l'ordre de 11 % sur la facture du prix moyen du chauffage des locataires de l'OPAC.


La Maison de quartier a, elle aussi, fait l'objet de rénovation (accès PMR, etc) ainsi que le théâtre de verdure, suite à l'appel à projet «À Vous d'inventer la Ville» 2018 sans oublier l'installation d'une aire de jeux au 8 Rue Louis Pergaud, en 2017, pour 32 000 euros.


Le candidat a fait mention également de l'installation prochaine de la Fédération d'Associations Chalonnaises d'Entraide, (FACE), dans le centre commercial des Aubépins.


«Les travaux sont presque finis et la remise des clés va s'opérer autour du 6 mars», précise le maire sur la baise de renseignements fournis par Amelle Deschamps, adjointe au maire en charge des affaires sociales, et 2ème de la liste En Avant Chalon.


«C'est une très bonne nouvelle pour le quartier car ça veut dire plus d'accessibilité pour les personnes qui ont besoin des services de la FACE, plus de proximité» explique le candidat.


«On voudrait, concernant le gymnase qui va être démonté avant qu'on trouve une nouvelle destination à ce lieu... On voudrait qu'il qu'il y ait une nouvelle destionation, peut-être en lien avec l'école. Faut qu'on lance une consultation des habitants car c'est un lieu qui a fait mal au cœur aux gens qui ont connu ce gymnase, qui l'ont vu se dégrade. Au bout d'un moment, fallait prendre une décision. Démonter un gymnase, ça coûte très cher mais on est obligés pour la sécurité de tout le monde».


«Ce quartier a besoin d'exister! C'est un des poumons verts de Chalon! Vous prenez une carte de Chalon, vous avez une énorme tâche verte sur la carte, c'est les Aubépins! C'est le quartier le plus arboré de la Ville. Ce caractère-là, il est formidable pour l'habitat. Quand on a bâti ce quartier dans cet environnement, c'était une idée géniale. On avait 60 ans d'avance!» dit-il, promettant de «continuer l'OPAC dans ce sens-là».


Il est question de la création d'un restaurant scolaire pour l'école Romain Rolland, de traiter la question des vitesses excessives, notamment Rue André Chénier «mais ce n'est pas la seule rue».


«C'est un vrai enjeu mais on a pas de solution miracle sauf faire comme à Saint-Gobain avec des chicanes», poursuit-il.


Autre souhait de la liste En Avant Chalon, l'aménagement de l'ancien terrain de foot de Saint-Gobain.


Arrive ensuite un moment très attendu par les personnes venues assister à cette réunion publique : la question de la sécurité.


«Avoir un adjoint à la sécurité comme Hervé Dumaine, je le souhaite à tous les maires de France. Quelqu'un d'aussi investi dans sa mission, constamment disponible aussi bien pour moi, le maire, mais aussi pour les pompiers, les policiers, quand il y a un problème dans la Ville. Avoir quelqu'un d'une loyauté, d'une fidélité et d'une force de travail comme lui, c'est un honneur», dira le chef de file de la liste à l'endroit d'Hervé Dumaine.


«Les scènes de violence aggravées que le quartier a subi il y a quelques semaines, ne sont pas des scènes qui doivent pas nous laisser indifférents. Une enquête est en cours, il ne m'appartient pas de dire tout ce que je sais et surtout ce que je ne sais pas sur l'enquête en cours mais on est passé à un degré qui dépasse les simples rivalités de bandes. Il y a des enjeux de criminalités, qui d'ailleurs dépassent les Aubépins! Les Aubépins ont été le théâtre de ces rivalités mais qui doivent nous interpeller collectivement et je le dis : nous rentrons dans une période assez complexe sur le plan de la sécurité. Je ne dis pas ça pour nous dédouanner parce qu'on a une responsabilité énorme vis-à-vis du traitement énorme de cette question», déclare le maire.


Avant de rajouter :


«Nous rentrons dans une période où la violence est à fleur de peau! Et pour un Oui ou un Non, elle éclate...elle explose et elle peut faire de gros dégâts. Quand on tire un coup de feu, c'est pas un acte anodin. Quand un de nos policiers, et c'est pas dans un quartier prioritaire de la Ville, c'est sur l'Île Saint-Laurent, il y a un mois de ça, est braqué alors qu'il contrôle une voiture parce qu'il a repéré dans la nuit que le plafonnier était allumé et qu'il se retrouve avec un pistolet face à lui et qu'il est obligé de dégaîner pour se protéger... Il y a pas eu de coups de feu, heureusement! Quand un vigile dans un grand magasin raccompagne un voleur à l'étalage et que le voleur au lieu de se laisser reconduire parce qu'il était pas conduit à la Police, il était conduit dehors, sort un couteau et vise immédiatement la carotide pour tuer le vigile, c'est le signe, hélas! C'est une réalité! que nous sommes rentrés dans une société où la violence est omniprésente. On peut le regretter mais surtout on ne peut pas l'accepter! Il y a un travail énorme qui se fait et ça se voit pas forcément, qu'on a conduit avec le procureur de la République, le sous-préfet, la Police nationale, on a conclu des conventions, on s'entraide, les 2 polices (Ndlr : La Police nationale et la Police municipale) travaillent main dans la main, il y a une vraie coopération. Et bien cette coopération, elle doit s'affirmer sur le quartier des Aubépins : nous avons pour ambition d'installer ici un bureau de Police municipale».


Parlant de «nécessité» que de ramener «du bleu dans le paysage», c'est-à-dire une présence policière sur le quartier, Gilles Platret fera allusion à l'installation d'un tel bureau sur les Prés Saint-Jean, ramenant le calme et créant un sentiment de sécurité.


«Cette présence ne peut gêner que ceux qui ont des choses à se reprocher, à savoir les 0,1% ou 0,5% d'habitants qui veulent embêter les autres pour dominer le quartier et contrôler le territoire. Il y en a pas plus quand vous faites les chiffres par rapport au reste de la population. Par contre, ils font parler d'eux, ça on les connaît, hélas, on les connaît trop. C'est un enjeu très fort, c'est un enjeu qui nous tient à cœur».


Sébastien Martin revient sur le programme de rénovation énergétique sur la Tour des Aubépins avant d'évoquer le bilan des 2 mandats, celui du maire et le sien.


«On veut continuer à embellir la Ville!», lance le président du Grand Chalon face à un auditoire attentif.


«Embellir la Ville, ça passe par le fait de se tourner vers la rivière», poursuit-il avant de demander à terminer les Quais de Sainte-Marie à Saint-Rémy.


Pour le 3ème de la liste, «la prochaine phase qui sera aménagé, si on (leur) donne un 2ème mandat, c'est le Quai Gambetta puis 2ème phase le Quai de la Poterne et 3ème phase, pour finir, le Quai Sainte-Marie qui va vers le nouvel Arbre à Manon, version 2020 et au-delà, et on arrive à la Maison des Vins, «secteur qui a aussi beaucoup bouger».


Selon le colistier de la liste conduite par le maire actuel, l'embellissement de Chalon-sur-Saône passe aussi par la Place de Beaune et l'Obélisque, «un beau patrimoine mais dans un environnement qui a pas été mis en valeur et trop minéral».


Autre secteur dans le colimateur du président actuel du Grand Chalon, celui de l'Avenue Niépce.


«Il faut faire l'inverse de ce qui a été fait jusqu'à présent, l'idée c'est de remettre la circulation au milieu et d'avoir de part et d'autre des espaces de promenade, de circulation à vélo, qui peuvent s'aménager sur les côtés», dit-il à ce sujet.


Reprenant la parole, Gilles Platret a évoqué son opération maire en direct (plus de 2000 rencontres hors rendez-vous) avant de proposer la création d'un poste de facteur social pour combattre l'isolement des personnes âgées ou porteuses de handicap.


«Ce qui est le plus important, c'est le contact humain», déclare-t-il.


«On finit le mandat avec 27 policiers municipaux mais si on est reconduit lors d'un 2ème mandat, ce nombre sera porté à 45 ou 46 agents», poursuit le maire.


Celui-ci évoquera dans ses rangs, la présence de Bruno Legourd, ancien directeur de l'hôpital, en 5ème position sur sa liste, lequel travaille sur les enjeux de santé et notamment la question épineuse de l'obtention d'une salle d'angioplastie à Chalon-sur-Saône ou d'une potentielle coopération entre la commune et le centre hospitalier avec la création d'une salle de rythmologie.


«La sauvegarde de l'hôpital est un enjeu déterminant pour la survie de notre territoire», déclarera le premier édile avant de céder la parole à Sébastien Martin.


Ce dernier propose des opérations pour l'emploi dans tous les quartiers prioritaires de la ville, et ce pendant plusieurs jours, notamment à l'attention des jeunes.


«Parce que c'est un gâchis de voir une partie de notre population qui ne trouve pas d'orientation et ce sont souvent des jeunes et qui, du coup, ne trouvent pas d'orientation légale et peuvent se tourner vers un autre type de projet... illégal», poursuit-il.


Autres enjeux, l'aménagement des Quais de la Gare pour l'accès aux PMR, dans un contrat de plan pour un coût estimé entre 5 et 6 millions d'euros, une idée de créations de commerces achetés par la Ville qu'elle louera et tester la gratuité du stationnement le samedi après-midi.


Le maire terminera sur des projets autour de la culture et le sport avec, entre autres, la rénovation de la Salle Marcel Sembat, du Clos Bourguignon pour en faire une salle accueillant entre 200 et 400 places, la restauration de l'intérieur de la Cathédrale Saint-Vincent et l'aménagement du Marché du Stade en festival des cultures et de la gastronomie du monde et de les guinguettes d'hiver au Port Villiers.


Il est également revenu sur la vidéosurveillance, «amené à se densifier». D'après l'adjoint au maire en charge de la sécurité, il y a 6 caméras sur le quartier des Aubépins.


... mais aussi sur la brigade Ville propre qui procède déjà à des verbalisations et dont le maire actuel entend donner des moyens avant de répondre aux questions des habitants du quartier. Des questions relevant de la fiscalité, la sécurité et la tranquilité dans le quartier mais aussi sur le dossier de l'installation de H&M sur la Place Général de Gaulle!

 

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche