Chalon sur Saône

Manifestation de la communauté arménienne ce matin devant la préfecture de de Saône-et-Loire

Toujours actives dans leur volonté de voir les Yeganyan, une famille menacée d'expulsion vers l'Arménie, libérés du centre de rétention administrative de Metz, la communauté arménienne du département et les associations d'aide aux réfugiés manifestent, ce matin, devant les grilles de la préfecture de Saône-et-Loire. Plus de détails avec Info Chalon.

Vendredi, 22 heures 30, il fait nuit noire aux abords de la Presqu'île du Lac des Près Saint-Jean; les derniers préparatifs mis en place, ils vont pouvoir rejoindre leur domicile. Demain, ils se lèvent tôt.


Ils, ce sont les membres de la communauté arménienne de Chalon-sur-Saône, qui se sont rassemhlés en vue de la manifestation en soutien aux Yeganyan, une famille appréciée de tous et qui risque d'être expulsée vers leur pays d'origine où un sort funeste attend Edvard (Édouard) et Gayane, ce couple sans histoires, installés en France depuis 2015, et leur fils, Tigrane, qui sera, à coup sûr, condamné à puger une peine de prison pour ne pas avoir effectuer son service militaire.


Le père n'est pas en reste avec sa tête mise à prix par des membres de la mafia locale...


Dans son combat pour obtenir la libération des Yeganyan du centre de rétention administrative de Metz (Moselle), la communauté arménienne, qui reçoit déjà le renfort de leurs congénères de tout le département (Tournus, Cluny, Autun, etc), sera rejointe par de nombreuses associations comme l' Association de Solidarité avec Tous les Immigrés (ASTI), , la CIMADE, ATD Quart Monde, le Collectif Chalon Migrants, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et les Accompagnants au Commissariat.


Cette manifestation est prévue, ce matin, à 10 heures, à Mâcon, devant les grilles de la préfecture de Saône-et-Loire.


À 18 heures, une délégation, composée de membres de la communauté arménienne et de représentants d'associations, a été reçue par Raphaël Gauvain, le député de la 5ème circonscription de Saône-et-Loire, lequel s'est engagé à en discuter avec le nouveau préfet de Saône-et-Loire, Julien Charles, lequel a pris ses fonctions, lundi 25 août.


Dans la délégation, se trouvait également Lusiné, la fille d'Edvard et Gayane Yeganyan. Inquiète pour ses parents et son frère, la jeune femme est régularisée et a deux enfants, un garçon, né en 2018, et une fille, née cette année.


«Nous sommes toujours dans l'attente», déclare le Père Stéphane Boyer, président de l'ASTI.


D'après nos sources, Edvard, Gayane et Tigrane sont enfermés dans des cellules séparées.


Le retour en Arménie signifiant son arrêt de mort, le père, «très tendu» et à l'état de santé précaire, et a déjà été hospitalisé deux fois.


«Le fait de ne pas être ensemble, c'est encore plus douloureux», ajoute à ce sujet, le prêtre, régulièrement en contact avec les déboutés du droit d'asile.


Pour les associations et la communauté arménienne, le combat continue pour obtenir la libération des Yeganyan, rappelons que 11 autres familles dans le Chalonnais vivent dans l'angoisse d'une expulsion du territoire national.

 

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche