Cinéma

«La Cordillère des Songes» lundi au Mégarama Axel

La Bobine vous donne rendez-vous au Mégarama Axel, lundi soir, pour «La Cordillère des Songes», dernier volet de la trilogie de Patricio Guzmán consacrée à son pays natal, le Chili. Le réalisateur nous renvoie fantômes de la dictature du général Pinochet. Plus de détails avec Info Chalon.

L'association Chalonnaise pour le cinéma, La Bobine, vous donne rendez-vous au Mégarama Axel, lundi, à 19 heures et 21 heures pour la projection de «La Cordillère des Songes», de Patricio Guzmán.


Lauréat d’Œil d’or ex aequo du meilleur documentaire au Festival de Cannes 2019 et en ouverture du Festival de cinéma latino-américain Filmar, en novembre dernier, ce dernier volet de la trilogie consacrée au pays natal du réalisateur, le Chili, après «Nostalgie de la lumière» (2010) et «Le bouton de nacre» (2015), «La Cordillère des Songes» nous renvoie aux fantômes de la dictature du général Pinochet, période qui a duré de 1973 à 1990.


Synopsis :Au Chili, quand le soleil se lève, il a dû gravir des collines, des parois, des sommets avant d’atteindre la dernière pierre des Andes. Dans mon pays, la cordillère est partout mais pour les Chiliens, c’est une terre inconnue. Après être allé au nord pour Nostalgie de la lumière et au sud pour Le bouton de nacre, j’ai voulu filmer de près cette immense colonne vertébrale pour en dévoiler les mystères, révélateurs puissants de l'histoire passée et récente du Chili.


Dans ce film, le réalisateur convoque ses pensées à la première personne. Pensées qu’il déploie sur des images époustouflantes de la Cordillère des Andes, plus longue chaîne de montagnes du monde et frontière naturelle du Chili avec l'Argentine.


«La Cordillère des Andes, qui est au cœur de mon sujet, est pour moi devenue la métaphore de l’immuable, de ce qui nous reste et nous habite, quand on croit avoir tout perdu. Y plonger me fait revenir dans mes souvenirs. Scrutant ses sommets escarpés, m’enfonçant dans ses vallées profondes, j’entame un voyage introspectif qui, peut-être, me révèlera en partie les secrets de mon âme chilienne», explique le réalisateur, exilé en France.


Massive, impénétrable et mystérieuse, séparant le Chili du reste du sous-continent et le confinant sur sa façade maritime, la Cordillière des Andes sert de métaphore pour Patricio Guzmán afin de dénoncer l'amnésie et l'immobilisme de son pays d’origine depuis la fin de la dictature.


Aujourd'hui, trois mois après le début du soulèvement populaire, crise déclenchée par une hausse du ticket de métro à Santiago, le Chili, en proie à des profondes inégalités socio-économiques, est toujours dans l'incertitude...


(Crédits photos : © Pyramide Films)

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche