Nord de l'agglomération

La réunion de concertation sur la future implantation du demi-échangeur autoroutier du nord de Chalon sur Saône dérape

Organisée par APRR et l'Etat en présence du Sous-Préfet de l'arrondissement de Chalon sur Saône et du Président du Grand Chalon, il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que les riverains impactés par la future implantation du demi-échangeur autoroutier du nord de Chalon sur Saône montent au front.

Alain Gaudray, maire de Fragnes/La Loyère, avait insisté auprès du Sous-Préfet pour que la première étape de concertation se déroule sur sa commune. Et sans véritablement de surprise, les riverains sont montés au créneau, après quelques minutes de présentation du projet du demi-échangeur autoroutier du nord de Chalon sur Saône, par les représentants d'APRR. 

Un sentiment de double peine

Alors qu'il y a quelques semaines, Etat, région, département et Grand Chalon inauguraient la nouvelle desserte reliant Champforgeuil à SaôneOr, les riverains, notamment celles et ceux habitant la commune de Fragnes/La Loyère ont dénoncé la situation à laquelle ils doivent désormais faire face, eux et leurs enfants. L'Association des Amis de la Thalie mais aussi Armand Jacquard, maire de la commune au début des années 90 ont dénoncé les conditions dans lesquelles l'opération se faisait. Myriam Sicard-Lakor, Présidente de l'Association des Amis de la Thalie et habitante de la commune a fustigé le comportement d'APRR qui s'était engagé à ne pas construire d'échangeur autoroutier, arborant les documents en sa possesion et signés par APRR. A tour de rôle, les riverains ont tenu à exprimer leurs désaccords face à un tel projet dont le coût primitif est fixé à 13,6 millions d'euros, coût qui s'additionne indirectement aux 22 millions d'euros injectés dans la réalisation de la desserte du nord de l'agglomération. 

Un argument économique qui ne tient pas pour Armand Jacquard

L'ancien maire de Fragnes a exhumé les courriers des années 90 et signés à l'époque par Dominique Perben pour évoquer ce dossier vieux de plusieurs dizaines d'années, et rappelant que la zone nord s'était finalement développée sans recours à un autre échangeur autoroutier, ironisant sur le fait "qu'à Mâcon on franchit la Saône pour 20 millions d'euros et qu'ici on franchit la Thalie pour 22 millions d'euros" alors que M. Loiseau, habitant la route de Champforgeuil, pointait quand à lui les risques accrus de pollution atmosphérique dans ce secteur de l'agglomération placé sous les vents dominants. 

Une concertation avant la déclaration d'utilité publique

Jean-jacques Boyer, Sous-Préfet de l'arrondissement de Chalon sur Saône mais surtout les représentants d'APRR ont rappelé la procédure administrative en cours, pour un projet si il devait se faire, ne connaitra son premier coup de pelle qu'à la mi-2021 pour une mise en service à la mi-2023. Reste que les acteurs du dossier ont souhaité prendre toutes les garanties en amont et ouvrir une concertation que les riverains ont d'ores et déjà qualifié de "fausse".  Pour autant, pour que le projet aboutisse, il faudra qu'il soit déclaré d'utilité publique. "Si il n'est pas jugé d'utilité publique par le commissaire-enquêteur, il ne se fera pas" a lancé le chef des grands projets APRR, espérant apaiser les inquiétudes des riverains. 

Le chantage d'APRR pointé du doigt

Alors que les riverains de l'A6 ne bénéficient d'aucun murs anti-bruits le long de l'A6, ils ont demandé à APRR avant de se lancer dans la construction d'un demi-échangeur supplémentaire, de réaliser des travaux d'isolation phonique, dissociés des travaux du demi-échangeur. Une proposition qu'APRR n'a pas souhaité valider en l'état considérant que l'un allait avec l'autre, suscitant des notions de "chantage" pour les riverains. 

La desserte nord qui vient compliquer la soirée autoroutière

Sébastien Martin aura été obligé de saisir le micro pour répondre aux interrogations des riverains depuis la mise en route de la desserte nord. Sur la question de la sécurisation du tunnel emprunté par les enfants afin de rejoindre l'arrêt de bus de Champforgeuil, le Président de l'agglomération s'est engagé à apporter une réponse dans les plus brefs délais, notamment sur la question de l'éclairage. Sur le dossier de la vitesse notamment des poids-lourds empruntant la desserte, les riverains ont interpellé le Sous-Préfet, avec l'idée de multiplier les contrôles radars alors que cette axe est devenu en l'espace de quelques semaines, "une vraie piste de course". 

Se considérant comme déjà impactés par la desserte, les riverains sont venus demander des comptes ce lundi soir, et visiblement ils n'entendent pas en rester là, même si l'Etat entend bien poursuivre la phase de concertation et prendre la mesure de l'ensemble des remarques formulées. 

Laurent Guillaumé 

 

Pour accéder au dossier de concertation sur le site de la Préfecture de Saône et Loire 

 

Recueil des observations du public :
par e-mail : [email protected] 

 par courrier à la préfecture
Bureau de la réglementation et des élections 196, rue de Strasbourg - 71000 MÂCON

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche