Politique de droite

Une idée : la création d’un dispositif de crédit de redémarrage pour les entreprises de l’hôtellerie restauration et du tourisme plaide Marie Mercier, sénateur de Saône et Loire

Hier, le président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) de Saône-et-Loire a interpellé les députés de notre département sur la question de la perte d’exploitation des entreprises de son secteur.

Des acteurs de l’hôtellerie restauration, mais aussi d’autres secteurs tel que le tourisme, m’ont saisie de leur inquiétude sur ce sujet. Il s’agit là d’un point crucial pour leur avenir.

Le projet de loi d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19 voté dimanche 22 mars par le Parlement permet au Gouvernement d'intervenir par ordonnances en matière économique et sociale.
Le Gouvernement a enjoint les assureurs à s'impliquer plus fortement sur la prise en charge de cette perte d'exploitation sans dommages.
A ce jour, des assureurs annoncent des mesures exceptionnelles pour venir en aide aux TPE et indépendants, par exemple la mise en place de fonds de soutien, mais n'envisageraient pas l'application de la garantie perte d'exploitation sur l'argument que son coût serait trop élevé. C’est une des nombreuses questions posées que je suis avec attention, en lien quotidien avec les différents ministères.

Par ailleurs, en discussion avec des représentants du secteur de l'hôtellerie restauration, j'ai proposé aujourd'hui même au Gouvernement la création d'un dispositif de crédit de redémarrage, dont la gestion pourrait être confiée à la Banque Publique d’Investissement (BPI France), de façon à permettre une réouverture plus sereine des établissements. La solidarité doit opérer pour soutenir nos entreprises et notre économie.

-- 
Marie Mercier
Sénateur de Saône-et-Loire
Secrétaire de la Commission des Lois
Vice-Présidente de la Délégation à la Prospective
Maire honoraire de Châtenoy-le-Royal

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche