A lire

Rencontre avec le chalonnais d'adoption Jean-Yves Boursier, professeur émérite en anthropologie

Jean-Yves Boursier a reçu "le Prix d’études morvandelles Marcel Vigreux 2016" pour «Armand Simonnot, bûcheron du Morvan – Communisme, Résistance, Maquis », publié en 2013 aux Editions de l'Harmattan (301 pages grand format), un travail de recherche autour du témoignage de "Théo", chef du Maquis FTP Vauban, et d'autres sources (archives).

Jean-Yves Boursier a enseigné quelques années dans plusieurs collèges et lycées de Saône-et-Loire, avant d’aller enseigner à l’université comme Maître de conférences puis comme Professeur en Anthropologie jusqu’à sa retraite en 2014. Ses recherches s’inscrivent dans une anthropologie de la mémoire, une anthropologie politique des processus de patrimonialisation, des processus de construction du récit historique.
 
Qu'est ce qui vous a poussé à vous intéresser à Armand Simonnot?
Je me suis intéressé à la personne d’Armand Simonnot parce que j’enquêtais sur les maquis du Morvan et Armand Simonnot avait commencé la résistance très tôt en ramassant des armes abandonnées par l’armée française en juin 1940 dans cette région, puis il avait commandé le maquis FTP Vauban dans l’Yonne.
 
Combien de temps vous a t-il fallu pour mener une telle recherche documentaire?
J’ai eu de longs entretiens pendant deux années avec Armand Simonnot auxquelles il faut ajouter une quinzaine d’années de recherches complémentaires.
 
Pouvez-vous nous en dire plus sur "Théo"?
Armand Simonnot (1908-1984), fils de paysans pauvres du Morvan, bûcheron, puis charpentier, militant pacifiste, puis antifasciste et communiste, premier FTP de l’Yonne sous le nom de « Théo », quitte le PCF en 1952 après le procès contre Charles Tillon, l’ancien commandant des Francs Tireurs et Partisans, dirigeant communiste dont il était le garde du corps à Aubervilliers. «  Théo », comme il était appelé souvent, était un « taiseux » qui avait cependant à nous dire sur son engagement, sur les microsociétés villageoises, sur l’écriture de l’histoire, et pour moi, cette rencontre (1982-1984) fut une grande expérience et un grand apprentissage pour mes recherches.
 
 
 

Depuis le livre consacré à Armand Simonnot, participation en 2014 à l'ouvrage : 
"Les âmes grises : récits photographiques d'après-guerre"
Auteur(s) : Jean-Yves Boursier, Michel Poivert et collectif
Éditeur : Lienart éditions musée Albert Kahn
Date de sortie : 03/07/2014
 
et à l'ouvrage :
Lugares de memoria traumática 
Arrieta Urtizberea, Iñaki (ed.) 
Materia: Museos; Historiografía
Páginas: 268
Fecha de edición: 2016
ISBN/ISSN: 978-84-9082-431-3
Idioma: Castellano, Francés, Inglés
 

Photo : Alain Baroin, "Président du jury des Prix littéraires du Morvan" avec Jean-Yves Boursier (à gauche) et Jacques Branchu (à droite), ancien conservateur des bibliothèques de la Nièvre, qui a reçu "le Prix littéraire Henri Perruchot 2016" pour «Contes inédits du Nivernais et du Morvan d’Achille Millien », aux éditions José Corti, ouvrage publié en 2015,  traitant de quatre-vingt contes populaires parmi les 1.300 que le poète et folkloriste nivernais a collectés (1838-1927)- photo transmise pour illustrer cet article, avec l'autorisation de Bernard Mugnier.

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche