Société

C'est à s'y méprendre, méfiez-vous de la «Movie Money»!

Utilisés comme accessoires pour le cinéma et les clips de rap, des milliers de faux billets de banque, détournés de leur usage initial, sont actuellement en circulation , d'après l’Office central pour la répression du faux-monnayage (OCRFM). Plus de détails avec Info Chalon.

De la même taille que les vrais, dans la marge, la mention «This is not legal. It is to be used for motion props» («Ce billet n’a pas cours légal. Son utilisation est réservée au cinéma» en anglais) inscrite sur le recto et le verso des billets, la signature de Mario Draghi, président de la Banque Centrale Européenne (BCE), positionnée sous le drapeau de l'Union Européenne, remplacée par les mots «MovieMoney» dans le coin supérieur gauche du recto du billet tandis que la mention en caractères grecs «EYPΩ» pour «EURO» devient «PRΩP» («accessoire» dans la langue de Shakespeare) ils se retrouvent dans les caisses des magasins français.


Si ces coupures, essentiellement bleues et orange des billets de 20 et 50 euros, présentent une bande holographique et des filigranes de piètre qualité quand ils ne présentent pas de relief au toucher voire d’hologramme, sont facilement repérables , ils n'en demeurent pas moins qu'ils font recette en France, le pays le plus touché en Europe par ce trafic lucratif.


Les malfaiteurs écoulent souvent ces faux billets achetés sur des sites — une dizaine d'euros les 100 exemplaires — dans des petits commerces avant qu'on les retrouvent dans nos portefeuilles.

 

Ils sont fabriqués à partir de papier commercial et non fiduciaire, se distinguant notamment par l’absence de "craquant" à la manipulation.


C'est la mésaventure qui est arrivée, la semaine dernière, à un de nos lecteurs, lequel nous a permis de prendre les photos publiées avant qu'il se rende au commissariat.


Le matin, il s'est rendu dans une boulangerie de Chalon-sur-Saône mais n'avait pas de menue monnaie pour régler ses achats. Il tend un (vrai) billet de 50 euros. Le vendeur lui rend la monnaie. Notre lecteur range machinalement le rendu. Le soir, il se rend au cinéma et tend un billet de 20 euros. À sa grande surprise, il s'agissait d'un billet factice.


D'après l'OCRFM, environ 42% de la «Movie Money» circulant actuellement en Europe se retrouvent en France où le phénomène s'est répandu depuis le mois d'avril.


La mention «accessoire» qui figure sur ces faux billets permettent aux fabricants d’éviter les 30 ans de réclusion et 450 000 euros d’amende encourus en France par les faux-monnayeurs classiques. Ils ne risquent qu’une peine d’un an de prison et 15 000 euros, parce que ces coupures font la même taille que les vrais euros.


Historiquement, l'Hexagone était déjà le pays de la Zone euro le plus touché par le faux monnayage dit classique, avec «30 à 40%» des faux billets qui circulent en Europe, issus en très large majorité d’Italie, 1er producteur européen de fausse monnaie.


Consciente du problème, la Gendarmerie nationale appelle clients et commerçants à la plus grande vigilance. Sur son compte Twitter, elle délivre ses conseils pour reconnaître les faux billets et éviter de se faire arnaquer. Au total, huit différences entre les vraies coupures et celles destinées au cinéma sont mentionnées.


Parmi les autres éléments qui permettent de reconnaître facilement la «Movie Money», le numéro de série ne se compose plus des douze caractères nécessaires. Le même numéro est d’ailleurs souvent inscrit sur différentes coupures, à savoir «MB66688880».


Un peu partout en France, des interpellations ont eu lieu et des centaines d’enquêtes ont été ouvertes.


Alors, faites attention à l'arnaque de la «Movie Money»!

 

 

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche