CORONAVIRUS : L'ARS Bourgogne-Franche Comté exhorte à «ne pas relâcher l’effort face à la pression de l’épidémie»

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté 

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE :
Ne pas relâcher l’effort face à la pression de l’épidémie


Le début de ralentissement des contaminations par le virus observé à l’échelle de la région ne se ressent pas encore sur le système hospitalier, qui continue de faire face à un flux de patients continu. Des constats qui doivent inciter à la prudence et à la poursuite de l’effort collectif.

Le niveau de circulation du coronavirus reste très élevé en Bourgogne-Franche-Comté, la région faisant partie des plus durement touchées par cette deuxième vague, juste derrière Auvergne-Rhône-Alpes.

Du 2 au 9 novembre, le taux d’incidence en population générale s’élève à environ 540 pour 100 000 habitants comparable à celui de la semaine dernière, enregistrant sur la période une progression suivie d’une décélération.

Ce début d’infléchissement des contaminations est particulièrement net dans le Jura et en Saône-et-Loire. Il est moins significatif chez les plus de 65 ans, les plus exposés aux risques de formes graves de la Covid-19. C’est dire si cette inflexion relative doit être interprétée avec prudence, d’autant que le taux de positivité des tests s’établit encore à près de 22%. 

 
 
 


La deuxième vague continue de toucher très fortement les hôpitaux de la région qui prennent en charge à ce jour 1 751 personnes pour Covid-19, dont 235 en réanimation.

Le niveau du pic de la première vague est d’ores et déjà dépassé (de près de 370 patients) alors que le flux des entrées à l’hôpital ne faiblit pas : de l’ordre de 130 patients en moyenne chaque jour à l’échelle de la région, 20 en réanimation.

Transferts de patients au sein de la région et vers le Grand-Est

Pour prévenir la saturation des services de réanimation comme de médecine, différentes actions sont mises en œuvre dont des transferts de patients au sein de la région, près de 160 depuis octobre en particulier depuis la Saône-et-Loire et le Jura.

Des transferts de patients hors de la région sont par ailleurs organisés depuis le 12 novembre : 4 patients transférés hier de Dijon et Besançon vers des établissements de Nancy, 4 personnes transférées ce jour de Dijon, Auxerre et Mâcon vers des établissements de Strasbourg.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté remercie l’ensemble des équipes mobilisées, et en particulier les équipes du Grand-Est, dans ces opérations conduites en lien avec le centre de crise sanitaire du ministère des Solidarités et de la Santé.

Des parcours de soins dans les territoires

Médecins généralistes, infirmiers, pharmaciens …les professionnels de santé de premier recours sont aussi en première ligne dans l’accompagnement des malades et l’Agence encourage la coordination ville-hôpital pour favoriser les prises en charge à domicile lorsqu’une hospitalisation peut être évitée ou après un séjour à l’hôpital.

Du Doubs à la Nièvre, du Territoire de Belfort à la Saône-et-Loire…de nombreuses actions sont conduites en ce sens à l’échelle des territoires, en particulier dans le cadre des communautés professionnelles territoriales de santé ou des dispositifs d’appui à la coordination.

Au-delà des soignants très mobilisés et alors que le pic des hospitalisations liées à cette vague épidémique reste à venir, l’ARS rappelle encore que l’efficacité de l’action collective passe par le prolongement des efforts de prévention et de civisme de toute la population.

La mortalité de l’épidémie toujours à la hausse en Bourgogne-Franche-Comté -1 501 décès recensés en établissements de santé, 835 décès enregistrés par Santé publique France dans les établissements médico-sociaux- impose de continuer à tenir ensemble sans relâche.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche