TRIBUNAL DE CHALON - Interpellé en flag de deal Place Mathias

« En résumé, vous êtes poursuivi pour un trafic de drogues (héroïne et cocaïne) sur une durée d’un mois. Et vous, vous dites que vous avez rendu service, que vous avez bien fait deux ou trois transactions, sans en retirer le moindre bénéfice. - C’est ça, répond le prévenu. » Il est né au Creusot en 2001, il vit à Lyon. Il a été arrêté en flag à Chalon-sur-Saône, le 7 avril dernier, en train de filer une bonbonne de drogue, place Mathias. Comparution immédiate.

« Moi, j’ai rien à voir avec ce bizness, madame »

Il est poursuivi sur une durée d’un mois, sur la foi des auditions de deux acheteurs qu’un enquêteur a pu trouver en exploitant son téléphone. L’un d’eux parle de « 15 à 20 transactions » dit Clémence Perreau, substitut du procureur. Du box, le jeune homme ne se démonte pas : « En fait, le jour de mon interpellation, on m’avait demandé de me rendre à la salle Marcel Sembat, parce que quelqu’un devait récupérer la bonbonne que j’avais sur moi, et je devais aussi donner le téléphone à cette personne. Moi, j’ai rien à voir avec ce bizness, madame. J’étais venu voir ma famille au Creusot, puis ma petite amie à Chalon. On m’a demandé ce service deux fois. »

« On ne se retrouve pas par hasard avec de tels produits entre les mains »

Le hic, c’est qu’il n’est pas inconnu. Incarcéré mineur, 6 mois, pour « offre ou cession de produits stupéfiants », il est ensuite condamné deux autres fois (conduite malgré suspension du permis, puis recel et escroquerie). Le second hic, c’est « qu’on ne se retrouve pas par hasard avec de tels produits (héroïne et cocaïne) entre les mains ». Clémence Perreau, substitut du procureur, requiert une peine de 1 an de prison, avec son maintien en détention (il est en détention provisoire depuis le 9 avril, nous sommes le 12) et une interdiction de paraître à Chalon. Elle anticipe sur la plaidoirie de la défense qui va présenter une promesse d’embauche et un hébergement possible sur Chalon, or « sa compagne est connue de la justice, sa promesse d’embauche en restauration me fait sourire. Je ne veux pas qu’il soit hébergé à Chalon. »

« Il a un pied de chaque côté de la ligne »

« J’ai le sentiment qu’il est sur le fil, plaide maître Diry. Au stade où il en est, il peut totalement mal tourner, comme il peut bien tourner. » « Mal tourner » : porteur d’un peu d’héroïne et de cocaïne alors qu’il ne se drogue pas. « Bien tourner » : il est jeune, dit son avocat, or il a passé des tests pour accéder à une formation professionnelle de 18 mois. Une formation très spécialisée suivie d’embauche. Il a passé avec succès les pré-sélections. « Il a un pied de chaque côté de la ligne. » Benoît Diry produit les pièces que la famille ou les amis lui ont transmises (promesse embauche restauration, et hébergement). « La prison serait une peine dangereuse pour une telle personnalité. »

Incarcéré pour 7 mois, puis 2 ans de probation

Le tribunal déclare le jeune homme coupable. Le condamne à une peine de 12 mois de prison, dont 5 sont assortis d’un sursis probatoire pendant 2 ans. Obligation de travailler, de régler les amendes. Le tribunal ordonne le maintien en détention pour les 7 mois ferme, puis il aura l’interdiction de paraître à Chalon-sur-Saône pendant la durée de sa probation.

Florence Saint-Arroman

Annonces

Pub UBFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche