L'entreprise multiservices d'Antoine Boivin est sur tous les fronts : dedans et dehors

Nom : Boivin. Prénom : Antoine. Signe particulier : met les mains « dans le cambouis » là où certains s’abandonnent au renoncement par manque de temps, de compétences, de motivation. A l’intérieur d’un logement pour la reprise de l’existant, la naissance de quelque chose d’utilitaire, décoratif, ainsi qu’à l’extérieur quand ça a trait aux espaces verts relève-t-il les « défis » dès lors qu’il ne sent pas la tâche insurmontable. Avis à la population.

Un touche-à-tout par goût

Pas toujours évident de devoir maintenir en l’état, voire d’améliorer son chez-soi, ce pour une foultitude de raisons. Et c’est ici qu’Antoine Boivin descend de son destrier afin de se substituer à vous. Agé de 30 ans, le Sénochois (il réside à Sassenay) aura posé les fondations de sa « EI Services 71 » (Entreprise Individuelle) en 2016. Il fait depuis cavalier seul, mais n’attend qu’une chose : grossir ses rangs à condition que manne financière et masse de travail deviennent exponentielles. Ce n’est toutefois pas (encore) d’actualité. Patience et longueur de temps…Alors, que revendique le garant de l’entreprise multiservices ?  D’un côté, tout ce qui est peinture, placo/isolation, carrelage/faïence, petite maçonnerie, bricolage, etc. De l’autre, l’aspect environnemental avec une amplitude de travaux également significative en plein air : nettoyage, désherbage/débroussaillage, tonte de pelouse, taille d’arbre et de haie, entretien de jardin… Dans un cas comme dans l’autre il ne tient qu’à vous de soumettre à Antoine d’autres besoins s’ils n’apparaissent pas dans ces listes. 

Ca ne date pas d’hier

Son fonds de commerce s’adosse sur un apprentissage en plâtrerie-peinture, de même que sur un apprivoisement de la charpente-couverture. Ne comptez cependant pas sur lui pour, par exemple, reprendre à zéro et seul une toiture. Conscient de ses limites, jamais il ne les outrepassera. « Je préfère ne pas m’engager si je ne peux pas bien faire », martèle-t-il. Le trentenaire ne transige point avec l’exigence d’un travail soigné quelles que soient les circonstances. « J’aime que tout soit carré, bien réalisé, que le client soit satisfait. Il n’y a rien que je n’aime pas faire, j’apprécie beaucoup d’aider les gens», résume-t-il. Antoine est tombé dans la marmite très jeune, et les habitudes ont ensuite naturellement pris corps. « J’avais un papa extrêmement bricoleur. Je devais avoir 12 ou 13 ans quand j’ai utilisé pour la première fois un motoculteur. J’adorais tondre la pelouse. J’ai beaucoup appris sur le tas. » Une école de la vie parmi d’autres…

 Appelez ou écrivez

Jusqu’à présent l’homme a œuvré dans Chalon-sur-Saône et ses deux couronnes, mais les occasions sont susceptibles de faire le larron au-delà de ces frontières si d’aventure des propositions rentables se faisaient jour. Sachez enfin qu’actuellement le délai d’intervention maximal est de l’ordre de deux semaines. Ses portes d’entrée : 06 65 15 02 44 ; [email protected]

                                                                                                                  Michel Poiriault

                                                                                                                 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche