Société

Les traitements actuels du cancer du sein : vos questions à un spécialiste

Les traitements actuels du cancer du sein : vos questions à un spécialiste

À l’occasion d’Octobre rose, vous pourrez poser toutes vos questions au Pr Henri Joyeux, chirurgien cancérologue, le mercredi 12 octobre à partir de 20 h 30, au cours d’un webinaire qui portera sur les traitements actuels des cancers du sein.

De chez lui à chez vous

Toujours au contact des réalités scientifiques et des patients, le Pr Henri Joyeux anime les Mercredis de la Santé par webinaires de 20 h 30 à 22 h 30. Ces conférences en ligne sont organisées par l’association Familles Santé Prévention pour laquelle le Pr Henri Joyeux travaille bénévolement.

À l’occasion de la campagne de sensibilisation d’Octobre rose, le Professeur a accepté de répondre aux questions d’Info-chalon.

Info-chalon – Octobre rose est une campagne destinée à sensibiliser au dépistage précoce du cancer du sein et récolter des fonds pour la recherche. Aujourd’hui, où en est-on comptablement sur ce fléau ?

Henri JOYEUX – Ce mois d’octobre n’est pas une célébration, mais un sujet lourd et pénible essentiellement pour les femmes. Actuellement, nous comptons 60 000 nouveaux cas de cancer du sein par an. Et ces statistiques sont à la hausse, avec une augmentation de 1 000 cas supplémentaires chaque année. De fait, la mortalité est passée de 10 000 à 12 000 cas traités.

Info-chalon – Le dépistage précoce est-il une solution ?

Henri JOYEUX – Il est certain que le diagnostic précoce est important. En ce sens, cette campagne de sensibilisation est utile. Mais en amont, avant de dépister puis de traiter la maladie, il me paraît vital, c’est bien le mot, de donner tous les moyens de savoir comment vous risquez d’avoir un cancer du sein pour l’éviter. La sensibilisation à cette maladie est une bonne chose, mais la prévention est trop largement oubliée.

Info-chalon – Vous avez justement animé un webinaire le 5 octobre dernier (visible en replay) sur ce sujet-là : la prévention du fléau des cancers du sein chez les femmes et les hommes. Deux questions : les hommes aussi peuvent être concernés ? Et quels sont quelques-uns des facteurs de risque dont vous parliez ?

Henri JOYEUX – Oui, en effet, les hommes peuvent être concernés pour d’autres raisons que les femmes. On compte plus de 1 000 cas par an atteints de cancer du sein.

En ce qui concerne les femmes, les facteurs de risque de développer un cancer du sein sont aujourd’hui connus, et l’on en parle trop peu.

Si vous êtes porteur de l’un des deux gènes du cancer, certains facteurs peuvent le conduire à s’exprimer. Parmi eux, il y a le surpoids lié à une mauvaise alimentation, le stress, la diminution de votre immunité et les perturbateurs endocriniens. Ces derniers peuvent être environnementaux (on en retrouve dans certains pesticides et plastiques), d’autres sont présents dans les traitements hormonaux non adaptés au fonctionnement de votre corps, notamment la pilule contraceptive ou le traitement hormonal substitutif (THS) de la ménopause.

Rappelons que les glandes mammaires sont hormonales dépendantes, c’est-à-dire qu’elles réagissent aux hormones, celles fabriquées par le corps ou celles de synthèse artificielle.

Info-chalon – Le prochain webinaire du 12 octobre sera consacré aux moyens thérapeutiques contre les cancers du sein. Quel sera votre message ?

Henri JOYEUX – Les traitements actuels sont complexes et les femmes concernées ont besoin de bien les comprendre pour les accepter, supporter leurs effets et aller vers la guérison.

Le rôle du cancérologue est d’expliquer clairement pour faire accepter, sans abuser. Car il existe parfois des abus dans les examens et les traitements. Osons le dire, il y a aussi une question d’argent. Or, je ne suis pas un fanatique des excès : les mammographies et coloscopies de trop, les excès de radiothérapie, de chimiothérapie ou chirurgicaux. C’est sans doute pourquoi les gens me sollicitent, via l’association Familles Santé Prévention. Je ne donne aucun avis sans avoir épluché les dossiers médicaux, au cas par cas.

Info-chalon – Un micronutritionniste interviendra également lors ce de webinaire ?

Henri JOYEUX – En effet, les conseils nutritionnels sont importants en amont, pour éviter les facteurs de risque de la mauvaise alimentation, et pendant les traitements anti-cancer, pour aider à supporter leurs effets et protéger le foie.

Le cancer du sein est une maladie qui a une forte tendance à récidiver, d’autant plus quand les facteurs de risque sont maintenus.

Par Nathalie DUNAND
nathalie.infochalon@gmail.com

Inscription à un webinaire des Mercredis de la santé (5 €) : famillessanteprevention

Chaque mercredi, de 20 h 30 à 22 h 30, posez vos questions en direct au Pr Joyeux.

– 5 octobre (en replay) : La prévention du fléau des cancers du sein chez les femmes et les hommes

– 12 octobre : Traitements actuels des cancers du sein

– 19 octobre : Prévention des cancers de la prostate et de la vessie – leurs récidives

– 26 octobre : Traitements des cancers de la prostate et de la vessie