Opinion

"Risques d’accidents industriels : les chalonnais doivent être protégés !" pour le Collectif Bien Vivre à Chalon

Il y a tout juste un mois, après qu’un vaste incendie ait dévasté l’usine de lubrifiants automobiles classé « Seveso haut », Lubrizol, dix mille tonnes de produits chimiques se sont répandus dans un nuage toxique sur plus de 20 kilomètres autour de Rouen.

Chalon et le Grand Chalon ne sont pas à l’abri d’un risque potentiel. Avec sept sites classés SEVESO(*) sur le territoire chalonnais, dont quatre SEVESO seuil haut, le chalonnais est le territoire qui concentre le plus de sites SEVESO en Saône et Loire. Le risque d’exposition des habitants est réel.

Outre ces risques fixes, il existe aussi un risque « mobile », lié aux transport de matières dangereuses, d’autant plus élevé que nous concentrons dans le chalonnais les sites SEVESO.

Avec une hausse de 45% des accidents industriels sur ces deux dernières années, il faut regarder la réalité en face : nos modes de vie basés sur des process industriels, avérés dangereux pour certains, doivent être rigoureusement encadrés. Face aux risques, les populations potentiellement touchées doivent être informées et préparées. Ce n'est malheureusement pas le cas aujourd'hui, et c'est une des raisons de la perte de confiance des populations envers les pouvoirs publics. Bien Vivre à Chalon 2020 veut rétablir cette confiance !

Le premier devoir des élus, des institutions, est de protéger la population.

Des mesures préventives, ou de suivi, des risques industriels pour éviter que la population soit exposée, sont prévues par les pouvoirs publics. Mais la mise en place fait souvent défaut, comme c’est le cas sur le site pollué de La Mesta, dont l’étude environnementale qui date pourtant de 2015 détaille les mesures à mettre en place. L’État doit remplir sa mission quant aux dangers des installations classées. Les contrôles prévus par la réglementation doivent être régulièrement effectués, les négligences sanctionnées, l’information partagée avec les citoyens, les acteurs locaux, les collectivités locales, pour plus de protection.

Pour préserver la santé des habitants, la liste Bien Vivre à Chalon 2020 aura à coeur de travailler avec la préfecture pour davantage de transparence et de communication avec les chalonnais.

Les citoyens ont le droit de savoir quels risques ils courent, comment s'y préparer au mieux et comment les éviter.

Mourad Laoues, tête de liste,
Sabine Blondeau et Eric Riboulet porte-paroles
Bien Vivre à Chalon 2020

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche