Chalon sur Saône

Le Pôle scientifique du lycée Mathias inauguré ce jeudi après-midi par Marie-Guite Dufay

Si des cours y sont déjà dispensés, le « Pôle scientifique » réalisé par l’architecte Hervé Regnault a officiellement été inauguré ce jeudi après-midi, en présence de la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté, collectivité qui l’a financé.

Pendant longtemps, très longtemps, peut-être trop longtemps, la France a construit des établissements scolaires lui coûtant le moins cher possible mais qui, revers de la médaille, engendraient des coûts de fonctionnement énormes, notamment en matière de chauffage. C’est entre autres ce que l’on pouvait comprendre il y a quelques temps lors d’une visite sur l’architecture scolaire à Chalon, qui a clôturé le Mois de l’Architecture Contemporaine en Bourgogne-Franche-Comté*.

Désormais, l’une des préoccupations majeures est de construire des bâtiments exemplaires, durables, peu voire pas énergivores, à l’instar de ce « Pôle scientifique » du Lycée Mathias, inauguré ce jeudi après-midi. Un Pôle pensé par Hervé Regnault, architecte à Chalon-sur-Saône.

(L'architecte, Hervé Regnault)

Bien sûr, sans un investissement massif de la Région Bourgogne Franche-Comté, de « presque 5 millions d’euros » (Marie-Guite Dufay), la tâche d’Hervé Regnault aurait sans doute été plus compliquée. Il n’en demeure pas moins que celui-ci a accouché d’un bâtiment remarquable à maints égards. Remarquable et d’ailleurs remarqués par ceux qui l’on visité ce jeudi.

Une Rolls Royce® en matière de faible consommation d'énergie

D’un point de vue énergétique, ce Pôle scientifique sort en un certain sens du lot, tourne la page d’histoire d’architecture scolaire qu’on évoquait il y a quelques instants. En effet, Hervé Regnault n’a même pas fait dans le « BBC », le bâtiment basse consommation, il a carrément tapé dans le « bâtiment passif », c’est-à-dire un bâtiment dont la consommation énergétique au mètre carré est très basse, voire entièrement compensée par les apports solaires ou par les calories émises par les apports internes (matériel électrique et habitants). On est donc à des années lumières d’ « grande baraque inchauffable », qualificatif que donne Valérie Remercier au château de son aïeul Godefroy de Montmirail, dans un film de Jean-Marie Poiré : Les Visiteurs. Avec moins de 15 kWh/m2/an (contre 50 kWh/m²/an pour les bâtiments BBC), le « Pôle scientifique » issu du cerveau fécond d’Hervé Regnault est rien moins qu’une Rolls Royce® en matière de faible consommation d’énergie.

Un bâtiment qui donne envie d'étudier

D’un point de vue esthétique, ce qu’a fait Hervé Regnault est tout aussi remarquable. L’intérieur, presque « cosy » donne envie de se poser, même si c’est afin d’équilibrer l’équation bilan suivante : H2SO4+ H2O… La sérénité, entretenue par une absence de résonnance recherchée par Hervé Regnault, ceci pour apaiser, confine à un calme presqu’Olympien. Il y a bien ces oiseaux empaillés dans une vitrine au fond de l’une des classes visitées qui pourraient momentanément fiche le bourdon. Mais ce n’est pas le cas. En effet, en raison du contexte, ces volatiles, notatmment les hiboux et autres rapaces nocturnes, rappellent finalement plus la sympathique « école des sorciers » de la saga Harry Potter qu’autre chose. Par-dessus tout, l’ensemble est très coloré, loin des ambiances carcérales de certains bâtiments scolaires... Coloré à l’intérieur, comme à l’extérieur. Si bien qu’Hervé Regnault vous ferait presque regretter d’être né trop tard pour étudier dans ce genre d’endroits…

Samuel Bon

*Lire l’article d’info-chalon.com :

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/10/22/33404/cloture-du-mois-de-l-architecture-contemporaine-a-chalon-sur-saone/

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche