'ISSUE', un projet 100 % chalonnais

À l’occasion de la sortie de son premier EP ‘ISSUE’, Mahdi Metlaïne, musicien, Dj et producteur, mais aussi enseignant au Conservatoire du Grand Chalon, répond aux questions d’info-chalon sur ce projet constitué de « 5 titres, tous différents et reflétant une humeur positive ». À écouter absolument…

Tout d’abord, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

J'ai suivi des études générales... J'ai eu un bac S, un parcours des plus classiques. Je me souviens qu'à l’époque, c'était déjà un peu trop conformiste pour moi. En parallèle de mes études, j'étais étudiant au Conservatoire de Chalon... J'ai commencé super tard ! Sans doute parce que je parachevais mon apprentissage de la musique au sein du cocon familial. Petit, j'ai eu la chance de vivre à travers mes oncles et plus particulièrement de l'un d’entre eux qui avait une grande passion pour les vinyles. Il en avait des centaines ; ces grands disques noirs qu'il posait sur la platine, grésillant au moment de poser la cellule… Je le regardais ; il me faisait découvrir son univers : funk, etc. Il accordait une grande importance à ses platines au point de les rendre mystiques. Je crois que c'est à ce moment-là que mon goût pour les platines est né ! 

A 14 ans, j'ai eu quelques soucis de santé. Rien de bien méchant, mais suffisant pour me faire prendre des décisions sur le lit d'hôpital. Je décide alors de prendre des cours et de faire vibrer ma vie au rythme de la musique. C’est à cette époque que j'ai rencontré miraculeusement des platines au Conservatoire du Grand Chalon et depuis ce temps-là, je ne les ai jamais lâchées. Durant ces années d'études, j'ai beaucoup travaillé le scratch qui est la façon d'utiliser les platines comme un véritable instrument de musique. Cela m'a permis de faire des battles de Dj et de rencontrer des pointures dans le domaine : C2C, Birdy Nam Nam ... 

Après ça, j'ai passé mon diplôme d'étude musicale au Conservatoire pour ensuite continuer dans l'enseignement. Aujourd'hui, j'ai la chance d'enseigner le Dj'ing et les musiques électroniques dans ce conservatoire qui m'a tant donné. 

 « Finalement, j'ai un parcours très classique

 dans une musique qui ne l'est pas du tout. » 

Quelles ont été vos influences ?

Mes influences sont multiples, car je suis curieux et je m'intéresse à beaucoup de choses. Mais j'ai deux grandes cultures qui m'ont nourri : le hip-hop et les musiques électroniques. Le Hip Hop m'a donné le goût du Dj'ing à travers l'histoire passionnante de ces DJ's, tel que Afrika Bambaataa, Grand Master Flash ou même Mix Master Mike. Mais aujourd'hui, je suis plutôt tourné vers les musiques électroniques, car j'aime beaucoup l'humeur et l'énergie positive qu'elles dégagent.

Vous êtes professeur au CRR (Conservatoire à Rayonnement Régional) du Grand Chalon, quel message (ou conseils) vous est-il important de transmettre à vos élèves ?

La liberté : être libre d'apprécier, de produire et d'écouter la musique que l'on veut. Libre tout en se donnant les moyens d'y arriver et travailler, travailler ... 

Quant à votre EP, il sort à un moment particulier, quelle est sa tonalité ? 

Oui, cet EP sort à un moment où il n'y plus de concerts, où il est interdit de communiquer et d'échanger à travers un événement qui nous rassemble. "ISSUE" donne donc un message davantage porté sur la méditation que sur l'agitation. Il invite à garder son calme et son énergie à l'intérieur de soi, afin de devenir plus fort. ‘Coeur Émouvant’ est le titre qui emprunte le plus cette pensée. D'ailleurs, j'ai vraiment eu l'impression d'avoir composé ce titre en pratiquant la méditation. Pour vous dire, beaucoup de sons de synthétiseur m'ont donné l'impression de voyager lorsque je les employais. 

Néanmoins, je garde une belle énergie rythmique en toile de fond. Une énergie qui provient de mes influences, c'est-à-dire le hip hop et la musique électronique. 

Précisément, vous avez voulu explorer différents styles de musique électronique, qu'est-ce qui a contribué à l'évolution de votre musique et de votre écriture ?

Sur ‘ISSUE’, je me suis surpris à vouloir produire des chansons. Malheureusement, je ne sais pas encore chanter. Je me suis donc rapproché d'une chanteuse, Charlene Ibrahim alias Amira et d'un chanteur Pierre Janicot alias Leto. Cela m'a permis de collaborer et d'ouvrir le projet à d'autres artistes.  Ces collaborations m'ont permis de donner une dimension plus "Pop" à travers les chansons "Black Light" et "Des cris et des larmes". 

Sinon, je ne me suis pas senti contraint lorsque j'ai créé "ISSUE". Cela a donc donné des titres tous différents les uns des autres où j'ai pu exprimer ma créativité et mon amour pour les sons de synthétiseur et des rythmes fracassants. 

Le titre de votre EP 'ISSUE' fait-il écho avec l'actualité ? Est-ce une volonté d'aller de l'avant, de porter un message positif ?

Oui, absolument. Le moteur du projet a été l'envie de s'échapper, de se libérer des difficultés pour aller de l'avant et savourer l'avenir. Et oui, je crois en l'avenir même si le contexte est difficile. 

« Je crois aussi en chacun de nous pour cocréer un monde meilleur et pour moi, cela passe par la composition, la production et l'enseignement de la musique. »

  

Avez-vous eu des doutes ? Si oui, qu'est-ce qui vous accompagne dans ces moments-là ?

J'ai eu des doutes dès le départ. Je me suis lancé dans le projet de produire un disque, sans savoir le faire. Et je peux vous le dire : c'est un vrai savoir-faire de produire un disque.

Les doutes font partie du quotidien et ça permet de se dépasser. J'ai la chance d'être entouré de personnes que j'aime, qui me soutiennent. Ça m'aide beaucoup à la réalisation de mes projets. 

C'est un projet 100 % chalonnais. Où avez-vous enregistré et avec qui avez-vous collaboré ?

C'est un projet composé et enregistré à Chalon-sur-Saône, dans mon home-studio (studio fait maison). C'est un projet purement made in France/Chalonnais ! En plus, comme je l'ai dit un peu plus tôt, j'ai aussi collaboré avec un chanteur, lui aussi chalonnais : Pierre Janicot alias Leto, sur la chanson ‘Des cris et des larmes". Et grâce à Internet, j'ai eu l'opportunité de collaborer avec une chanteuse américaine : Charlène Ibrahim alias Amira, qui apporte la dimension internationale à ce projet !

Enfin, j'ai eu la chance de me faire assister par mon ami ingénieur du son, Emilien Sainte Barbe, qui m'a permis de pousser plus loin certains aspects du son. 

Y a-t-il un titre, qui vous représente le mieux, pour vous découvrir ?

Franchement, c'est difficile d'en choisir un. C'est un peu comme mes bébés. Mais je vous invite à écouter mon EP ‘ISSUE’ sur mahdimetlaine.bandcamp.com et je vous laisserai le soin de choisir. 

 « Aussi, je vous invite à soutenir mon projet en achetant mon EP, cela sera un soutien fort dans ce contexte si particulier pour les artistes. » 

Pour en savoir plus : 

EP ‘ISSUE’ : https://mahdimetlaine.bandcamp.com/releases  

Facebook : https://www.facebook.com/mmetlaine

Instagram :https://www.instagram.com/mahdi_metlaine/ 

Propos recueillis par SBR - Crédit photos : Jean Luc Dang

Annonces