Plus d'un tiers des communes envisagent d'augmenter leur taxe foncière dès 2021

Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux prononcés par Dominique Juillot, maire de Mercurey, pointant du doigt la disparition de la taxe d'habitation et la responsabilité gouvernementale.

La crise sanitaire est même venue compliquer les charges de fonctionnement d'un grand nombre de communes françaises. Une situation qui provoque une vague de remous à l'heure où les communes ont voté leurs budgets primitifs. La disparition de la taxe d'habitation portée par le gouvernement fait qu'indirectement les collectivités locales se retrouvent pieds et main liés, sans les dotations compensatoires et surtout l'impossibilité donnée d'activer un autre levier fiscal. C'est finalement le foncier bâti qui risque d'être le seul et unique levier... et à l'adresse des seuls propriétaires ! 

Un paradoxe absolu alors que le gouvernement et les intercommunalités portent de nombreux dispositifs visant à améliorer l'habitat, à le rendre plus efficace face aux déperditions énergétiques. Autant de travaux qui entraîneront de facto une revalorisation des biens immobiliers et bien sûr leur valeur foncière. Selon une étude réalisée par l'Association des Maires de France, 36% des communes envisagent ainsi d’augmenter leur fiscalité en 2021 alors qu’elles n’étaient que 7% l’an passé. Côté hausse de la fiscalité, la moyenne évoquée se situe entre 2 et 3 %. Une hausse qui n'est pas sans rappeler celle à demi-mot évoquée par Dominique Juillot, à l'occasion de son coup de gueule publié sur info-chalon.com.

Autre sujet sur lequel les communes pourraient éventuellement intervenir, histoire de se donner un peu plus de souplesse financière, cela pourrait être la hausse des tarifs des services assurés par les communes. En 2020, avec les élections municipales, peu sont les communes à avoir procédé à une hausse de leurs côtés mais le scénario est dans bien des têtes. 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Pub UBFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche